dimanche 15 avril 2012

Daniel Pennac - Journal d'un corps

Éditeur : Gallimard - Date de parution : Février 2012 - 382 pages ADOREES!

Comment écrire sur le corps sans ennuyer le lecteur ? Comment décrire cette merveilleuse machine couplée aux sentiments, aux événements extérieurs en abordant le point de vue d’un homme depuis son enfance jusqu’à l'avant dernier souffle ?

Daniel Pennac a brillement réussi ce pari et ce livre est tout simplement passionnant ! Sous forme de journal, dans une écriture exquise et peaufinée, le narrateur relate  la découverte, l’apprentissage de son corps de l'âge de douze ans à celui de quatre-vingt-sept ans en 2010. Un garçon intelligent piqué de la curiosité, désireux de comprendre les mécanismes et  la transformation de son  corps. De cette métamorphose perpétuelle, il y a aussi ce corps qui réagit aux diverses émotions : l’amitié, l’amour du cœur et physique, la douleur, la peur et le chagrin dans les contextes sociaux. Des propos tenus  sans tabous par un garçon devenu  au fil des années, père puis grand-père toujours admiratif et pratiquant l'humour!

Dans ce livre intelligent, Daniel Pennac nous rappelle  que l'homme et son  corps  sont indissociables. Unis pour le meilleur et pour le pire.

Un gros coup de cœur pour pour cette lecture dont je me suis régalée avec un sourire (flagrant) de bonheur ! Et une lecture hérisson tant j’y ai inséré une quantité de marque pages  !

13 ans, 5 mois, 6 jours 
C'est en ôtant mon pyjama que je me suis rappelé ce que papa disait. Ejaculation, mon garçon. Si ça t'arrive pendant la nuit n'aie pas peur, ce n'est pas que tu recommences à faire pipi au lit, c'est l'avenir qui s'installe.

 mai 68 
La rue sera-t-elle en  train d'écrire le journal du corps ?

51 ans, 1 mois, 12 jours vendredi 22 novembre 1974
Je traverserai trois fois Paris après certaines journées de travail ! Ravi par ma démarche si bien graissée, chevilles souples, genoux stables, mollets fermes, hanches solides, pourquoi rentrer ? Marchons encore, jouissons de ce corps en marche. C'est le bonheur du corps qui fait la beauté du paysage.


Les billets dithyrambiques de Brize, Cuné, Mirontaine , Valérie, Véronique

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...