mercredi 27 février 2013

Emmanuelle Urien - L'Art difficile de rester assise sur une balançoire


Éditeur : Denoël - Date de parution : Février 2013 - 217 pages  d'ironie et  d'humour mais une fin ouverte

La vie de Pauline ressemblait à un  long fleuve tranquille. Marée à Yann, l’homme idéal, mère de trois enfants, cette femme de trente-six avait tout pour être heureuse. L’amour, l’argent assuré par le travail de son époux. Une vie parfaite et ordonnée, et une meilleure amie. Sauf que Yann lui annoncé qu’il la trompait avec ladite amie et qu’il demandait le divorce. Neuf mois après, même si celle par qui le malheur est arrivé a été tuée, Pauline est habitée par la doulhaine, un mélange inextricable de douleur et de haine. Elle ne voit pas la fin de cette situation qui selon tous ne sera que transitoire. Mais le temporaire s’installe.

Quand votre mari vous trompe et vous quitte, pas d'éloge sur ce dernier ( il ne manquerait plus que ça d'ailleurs) et des "remue-toi". Après avoir entendu ce même son de cloche de la part de tout le monde ou presque, Pauline décide d’appeler sa mère à son secours. Psychiatre, elle l’aide à sa façon en lui délivrant des conseils de professionnelle et non d’une mère. Pauline s'efforce donc d’oublier son ancien mari et se convainc qu’il est mort. Rencontre sur Meetic, emploi d’une personne faisant office de sas (pour envoyer les enfants au traître) et surtout ne plus voir le défunt.
Emmanuelle Urien joue avec les mots. Expressions qui font mouche, qui vous décochent des sourires souvent  ironiques. Pauline, la femme si bien sous tous rapports, se lâche et n’hésite pas à dénoncer tant qu'à faire sa lâcheté de bourgeoise. Le monde trouvera bien d’autres personnes pour aller mieux après tout ! Sauf que Yann disparaît réellement...Humour et ironie, cynisme au programme avec un personnage instable aussi agaçante qu'attachante et qui cherche l'équilibre. Ecartelée entre ses désirs et ses obligations.
Un bémol cependant :  l’auteure qui m’avait habituée à des renversements de situations grandioses  a opté cette fois pour une fin ouverte ( pourquoi damned pas de fin grinçante? ). Il n'en demeure pas moins que l'écriture d’Emmanuelle Urien est toujours un plaisir  ! 

Le billet de Cathulu du Pandenium Littéraire
Lu et dévoré de cette auteure : Cour, noir, sans sucre, La collecte des monstres, Tous nos petits morceaux, Toute humanité mise à part, Tu devrais voir quelqu'un .

19 commentaires:

Aifelle a dit…

Tu as l'air moins réservée que Cathulu. De toute façon, je le lirai pour me faire mon idée.

Clara a dit…

@ Aifelle : Pauline possède l''Art de pleurer sur soi -met la fin m'a un peu déçue.. mais je me suis délectée de l'écriture de cette auteure que j'aime beaucoup !

Stephie a dit…

Hâte de le lire tout de même !!

keisha a dit…

On verra. On m'a même dit (une blogueuse qui me connait) que la couverture devrait m'attirer... ^_^

Gwenaelle a dit…

Je ne suis pas tout à fait convaincue, là... Je me demande si je ne vais pas rester sur le versant "noir".

Yv a dit…

J'ai lu des nouvelles de cette auteure, pas mal du tout, mais depuis, rien

Marianne Desroziers a dit…

Pour ma part j'ai beaucoup aimé la fin ouverte, optimiste mais pas trop...comme si l'auteur nous disait qu'il est possible de recoller les morceaux mais que ce n'est pas gagné et que ça demande beaucoup d'efforts.J'ai beaucoup aimé ce roman. Ma critique postée il y a quelques jours : http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.fr/2013/02/lart-difficile-rester-assise-sur-une.html

luocine a dit…

c est le deuxième billet que je lis sur ce livre et je reste réservée, je crois que je n'ai pas trop envie de lire des livres sur ce sujet dans ce milieu , mais reste le talent de l'écrivain que je ne connais pas, alors pourquoi pas?
Luocine

Valérie a dit…

Brr, il me fait froid dans le dos ce chat sur la couverture. Il est vraiment laid.

Catherine a dit…

Je le note parce que je l'avais découverte avec Tous nos petits morceaux que j'avais trouvé génial.

Clara a dit…

@ Stephie :oui !

@ Keisha : un chat ? allergiiiie!

@ Gwen : elle décortique son personnage, les deux versants opposés de la personnalité !

@ Yv : trop occupé à te préparer su Saint Siège :) ?

@ Marianne : je préfère les "vraies" fins ....

@ Luocine: j'ai utilisé le terme de bourgeoise car son mari lui la laissé la maison et elle a une pension alimentaire très généreuse...

@ Catherine : je suis fan de cette auteure !

sylire a dit…

Un peu comme Gwen' j'hésite... On verra si l'occasion se présente.

Géraldine a dit…

Le titre est intriguant et je ne connais pas cette auteure, Pourquoi pas ?!

Clara a dit…

@ Sylire : cette auteure se renouvelle depuis son dernier recueil de nouvelles ( tous nos petits morceaux) donc il est vrai qu'il y a une part de surprise !

@ Géraldine : il faut s'ouvrir et ne pas rester sur ses bastions acquis, tu as raison !

Manu a dit…

C'est vrai que la couverture me plaît (bizarre !) Mais j'ai toujours son recueil "Court, noir et sans sucre" dans ma PAL.

Françoise a dit…

Mon billet sur ce roman que j'ai lu avec grand intérêt :
http://motcomptedouble.blog.lemonde.fr/?p=2250
Bonne journée, Clara !

liliba a dit…

Bien aimé, mais je trouve que l'auteur est malgré tout meilleure pour les nouvelles.

Leiloona a dit…

Pas vraiment aimé le personnage ... :/

Stephie a dit…

Avis nuancé pour moi. Je la préfère en novelliste

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...