lundi 29 février 2016

Catherine Poulain - Le grand marin

Editeur : Editions de l'Olivier - Date de parution : Février 2016 - 373 pages et un gros coup de cœur !

Il existe des rêves qui sortent de l’ordinaire, comme celui de Lili : partir pêcher très loin. Après un long voyage cette Française arrive à Zodiak un port de l'Alaska : des hommes, des bateaux (chalutiers, palangriers)  et des cafés. Elle ne souhaite qu’embarquer « je voudrais qu’un bateau m’adopte » et pêcher. Le skipper du Rebel accepte. Surnommée le moineau, ce petit gabarit qui ne connaît rien aux lignes de pêches, à ce travail va tout donner. Seule femme dans un équipage masculin, elle réclame d’être traitée comme las autres : de faire ses quarts, d’avoir sa couchette. Elle découvre le froid, la fatigue qui se transforme en épuisement, la promiscuité.
Tout un bateau qui respire selon les bancs de poisson en espérant revenir les cales pleines durant ces campagnes de pêche qui durent de plusieurs jours à plusieurs semaines. Des hommes aux apparences rudes, peu bavards avec chacun leur histoire et qui l’accepte parmi eux. Et dans l'équipage, il y a le Grand Marin.
Blessée à la main, hospitalisée, sa seule crainte est que le Rebel ne veuille plus d’elle. Repartir pêcher, c’est son seul but. A terre, les hommes sont comme désœuvrés. Les paies partent souvent dans l’alcool et quand il n’y a pas plus d’argent, c’est les tickets alimentaires pour manger. Lili ne veut pas abandonner la pêche avec cette idée d’aller ensuite à Point Barrow. Le Grand marin lui parle d'Hawaï mais elle ne veut pas renoncer à sa liberté malgré l’amour.

C’est un paysage de mer qui décide et dirige les pêcheurs, où le froid nous transperce, où la faim nous fait vaciller tout comme la fatigue, où les mains rugueuses et abîmées tirent, soulèvent, vident des poissons à une cadence sans répit. Et entre deux quarts où à terre, les équipages se dévoilent au fil des pages. Des hommes souvent sensibles sous leurs traits abrupts.

Je n’ai pas lu ce livre grandiose, j’ai ressenti chaque ligne. Dans un livre, il y a l’histoire, l’écriture mais aussi les émotions et plus rarement les échos qu’il provoque. Et Catherine Poulain Poulain m' a offert tout cela dans ce premier roman.
C’est immensément beau ! L’écriture de Catherine Poulain est neuve, un mélange de justesse et de descriptions qui donnent des frissons.
Récit d’une grande humilité où Catherine Poulain nous transmet (si on ne l'avait pas déjà) son admiration, son respect pour ces pêcheurs et leur travail.
Un coup de cœur entier, vibrant et fulgurant ! 

« Embarquer, c'est comme épouser le bateau le temps que tu vas bosser pour lui. T'as plus de vie, t'as plus rien à toi.(...)Je ne sais pas pourquoi je suis venu, il dit encore en hochant la tête, je ne sais pas ce qui fait que l'on veuille tant souffrir, pour rien au fond. Manquer de tout, de sommeil, de chaleur, d'amour aussi, il ajoute à mi-voix, jusqu'à n'en plus pouvoir, jusqu'à haïr le métier, et que malgré tout on en  redemande, parce que le reste du monde vous semble fade, vous ennuie en devenir fou. Qu'on finit par ne plus pouvoir se passer de ça, de cette ivresse, de ce danger, de cette folie oui ! »

27 commentaires:

Yv a dit…

Vue l'auteure à La Grande Librairie, touchante de fragilité, c'est finalement les autres écrivains invités (Dany Laferrière entre autres) qui en parlaient le mieux

Clara a dit…

@ Yv : une amie "passeuse de livres" bénévole dans le sud-ouest m'en avait parlée avec enthousiasme et deux ou trois jours après, une de mes libraires m'en a parlé également et je ne regrette pas de les avoir écoutées !

Dominique a dit…

j'aime les romans de la mer aussi je prends note, je ne connaissais pas du tout l'auteur

Dominique a dit…

je viens de vérifier il n'est pas encore dispo mais ma médiathèque l'a acheté

Jostein a dit…

Ce n'est pas un sujet qui attire naturellement. Mais, ton avis donne très envie de prendre la mer. Je note et je surligne. Merci

Clara a dit…

@ Dominique : il est grandiose!

@ Jostein : au contraire c'était un sujet qui m'attirait car j'ai un respect immense pour les marins-pêcheurs.

mimi a dit…

Vu l'auteur chez Busnel, et petite note dans mon carnet pour ne pas oublier..... ton avis me conforte.....

Clara a dit…

@ Mimi : je ne regarde pas LGL ( je suis une des rares, je sais...).

Alex Mot-à-Mots a dit…

Grandiose à ce point ? Me voilà tentée.

Nicole G a dit…

C'est beau la passion qui s'exprime ! Merci Clara !

Eva Sherlev a dit…

J'avais repéré l'auteur à LGL, et Busnel était très enthousiaste... ton billet est tellement laudatif que je ne peux que craquer!

keisha a dit…

Sans toi, je n'irais pas directement à ce livre!!!

Kathel a dit…

Le sujet me plaît et l'auteure m'a fait très bonne impression... Je crains un peu de ne pas adhérer à l'écriture, je l'emprunterai pour voir...

Delphine Olympe a dit…

Ce n'est pas un sujet qui m'attire spécialement (quoiqu'une femme dans un monde d'hommes...) et je n'ai pas vu LGL. Mais la manière dont tu en parles rend évidemment la chose très tentante...

Edyta a dit…

Ton avis est très enthousiaste, je retiendrai le nom de l'auteure.

Aifelle a dit…

Avec tout ce que j'ai lu et entendu sur ce livre ces derniers temps, je le note d'emblée dans les incontournables !

Violette a dit…

la tentation est graaaande là ! :) C'est noté!

cathulu a dit…

On sent bien ton addiction à la mer!:)))

Clara a dit…

@ Alex: pour moi oui parce ce que c'est juste, c'est beau, c'est une tranche de vie partagée , un monde, un milieu rude et la mer. Et c'est écrit d'une façon qui ne peut pas être plus juste.

@ Nicole G : elle écrit sa passion et la transmet avec une beauté désarmante! Et dans ce livre, 'ai retrouvé certaines paroles de mon beau-père ( embarqué à partir de 11 ans comme simple matelot sur les thoniers) et ce livre m' a permis d comprendre certaines choses.

@ Eva @ Keisha : ce livre était pour moi, je pense !

@ Kathel : j'ai eu des frissons et des poissons d'eau dans les yeux...L'extrait ne reflète pas la très belle écriture !

@ Delphine : je n'aime pas LGL , c'est dit ! Car qu'importe qu'un auteur sache ou non parler de son livre devant une caméra ( Je pense souvent à Patrick Modiano toujours mal à l'aise pour s'exprimer face aux journalistes qui a reçu le Nobel) et l'émission n'est pas assez longue pour permettre des débats.

@ Edyta : merci, oui!!!

@ Aifelel : de très bons échos sur les radios, oui !

@ Violette : :))))

@ Cathulu : et oui :))))

L'or rouge a dit…

Déjà noté, il m'attire depuis que j'ai lu son résumé. Et je me réjouis ; je me suis inscrite pour une rencontre avec elle dans ma librairie ;0) Je l'achèterais à ce moment là.

Asphodèle a dit…

Je l'ai dans le collimateur depuis son passage à LGL, elle m'a touchée et j'ai une grande tendresse et un grand respect pour les marins-pêcheurs, alors après ton billet, je n'hésiterai pas une seconde ! ;)

Melanie B a dit…

Tiens, mon libraire m'en a dit grand bien hier, et même si le thème ne m'attire pas, tu éveilles forcément ma curiosité...

krol a dit…

Tu convaincrais le plus terrien des terriens !

sylire a dit…

On en parle beaucoup et les avis sont unanimes. Très tentée !

Clara a dit…

@L'or rouge : oh la chance!

@Asphodèle : c'est une grand bouffée d'embruns, de sel, de dureté, de tendresse, de passion !

@ Mélanie B: ton libraire a très bon goût!!!

@ Krol : :))))

@ Sylire : et tant mieux car vraiment il faut le lire !

Noukette a dit…

A priori je ne suis pas emballée par le thème mais vu ce que tu en dis... je pourrais bien changer d'avis !

zazy a dit…

Je sais que je le lirai, il est en commande à la bibli
Pinaise, tu en parles d'une façon si chaude

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...