samedi 8 juin 2013

Glenn Taylor - Un homme loyal


Éditeur : Grasset - Date Parution : Janvier 2013 - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Brice Matthieussent - 506 pages et un beau et bon roman !

1941, Virigine-Occidentale. La ville d’Huntington vit grâce à la soufflerie de verre Mann Glass. Orphelin depuis très jeune, Loyal Ledford y travaille et fréquente Rachel la fille du patron. Ecoutant son devoir, il répond à l’appel de mobilisation et s’engage dans les Marines. A son retour de Guadacanal, c’est un homme changé, endurci, hanté par la guerre et ses atrocités. Il veut désormais  faire quelque chose de bien de sa vie. Avec femme et enfants, il  quitte Huntington pour s’installer dans la vallée de l'Os à Moelle où vivent les frères Binnecutter. Deux individus proches de la nature qui n'ont cure de la loi.

Ledford crée une usine à  billes mais surtout une communauté sur ces terres où chacun est respecté. Alors que le racisme existe toujours envers les personnes de couleur, Ledford veut montrer que blancs et noirs peuvent vivre et travailler ensemble. L’histoire se déroule de 1941 à 1969 mois par mois, pas seulement celle de Ledford mais également celle de l’Amérique.  Un pays où certains crient de joie après l’assassinat de Martin Luther King, où d’autres sont aveuglés par le pouvoir et l’argent. Après la guerre, Ledford s’est promis de n’avoir jamais recours à la violence, il s’agit d’un homme qui a des valeurs et  habité d’humanité. Mais il devra revenir sur sa promesse pour les siens...

Entre rédemption, les démons de la guerre et l'espoir d'un avenir différent, Glenn Taylor nous offre une fresque passionnante sans être moralisatrice avec des personnages terriblement humains ! L’écriture est déchargée de tout superflu et touche au plus près le lecteur. Un bon et beau roman !

Dès qu'un homme accepte l'idée de la mort, il est libre de vivre.

Le gamin trembla.Une maladie de  la jungle dans son sang. "J'en ai marre de tuer, dit-il. Japs ou pas Japs. "Il baissa les yeux vers ses doigts qui sucraient les fraises. " Je veux seulement que mes ongles et mes cheveux se mettent  à pousser" ajouta-t-il.
"Ouais, fit Ledford. T'en as vraiment marre de tout ça, petit.Va de l'avant et requinque-toi. Laisse tes ongles et tes cheveux pousser bien long."
Deux marines éclatèrent de rire. (...) Il n' y avait plus de place pour la moindre douceur. De tous ces hommes qui avaient fait  ensemble ce qu'ils avaient fait, aucun ne pourrait plus jamais s'abandonner à la moindre douceur. Pareille faiblesse aurait invité leurs cauchemars dans le monde éveillé.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...