vendredi 3 février 2012

Benjamin Percy - Le canyon


Éditeur : Albin Michel ( collection Terres d'Amérique) - Date de parution : Février 2012 - 347 pages remarquables ! 

Bend, petite ville de l’Oregon, le couple de Justin et de Karen n’est  plus qu’une façade depuis quelques années. Après sa fausse couche, elle s’est éloignée de son mari. Sans cesse contredit par Karen,  Justin essaie de jouer son rôle de père envers Graham leur fils. Paul, le père de Justin lui propose d’aller camper et de chasser avec Graham  dans un coin du Canyon avant sa destruction. Cette parcelle de nature sauvage a été cédée pour laisser place à un projet immobilier.  Complétez le tableau par Brian revenu d’Irak avec des séquelles…

Sur un arrière fond où les thèmes ne sont pas forcément nouveaux : un couple qui bat de l’aile, un adulte Justin qui continue de subir les vexations  de son  père, des arrangements  entre prometteur et protecteur de la nature, les traumatismes subis par un soldat revenu  d’Irak, Benjamin Percy dissèque ses personnages avec une écriture acérée.  Des  personnages  souvent empêtrés dans leurs propres contradictions. Karen diététicienne dans les écoles s’est réfugiée dans le jogging et l'anorexie depuis sa fausse couche. Justin se tait devant elle, acquiesce comme il l’a toujours fait avec son père. Paul qui aime tant son Canyon détient une entreprise qui va participer à construction du complexe immobilier. Projet qui divise la population locale. Et il y a Brian. Un individu inquiétant devenu serrurier. Une bombe en Irak l’a privé d’une toute petite partie de son cerveau. Lorsque Karen oublie ses clés, elle l’appelle. Brian tombe sous son charme et se met à l’épier. Quand Paul, Justin et Graham partent trois jours camper et chasser, Justin espère se rapprocher de son fils. Mais Paul a le beau rôle. Et lorsqu’un ours rôde, bien des natures peuvent se révéler  hostiles et sauvages. Voilà comment l’auteur installe une tension qui monte en crescendo !

La politique, la corruption et l’écologie sont également présentes dans ce roman où rien n’est laissé au hasard. L’intrigue desservie par une écriture puissante  m’a tenue en haleine ! J’ai été ferrée et captivée ! Des personnages creusés dont les relations sont fouillées au plus profond.
Voilà ce que  j’aime avec certains auteurs, ils n’ont pas froid aux yeux. Et à travers leurs  personnages, il s’agit des paradoxes de toute une société qui ressortent ! Superbe et saisissant.

On pourrait penser, après toute ces années, que Justin serait mon sensible aux coups portés par son père, comme un nerf endormi par des chocs répétés. Mais non. Quand bien même il garde les bras croisés et une expression posée, une partie de lui-même tressaille. Son père vise toujours les coutures, espérant éventrer Justin et laisser son rembourrage tomber au sol. Parfois Justin réplique, mais la plupart du temps il serre les lèvres en un trait mince, et garde tout pour lui, espérant s'épargner ainsi les semaines épuisantes qu'il leur faut pour se réconcilier.



23 commentaires:

leiloona a dit…

Sur ma PAL ! Tu me donnes envie !
Bon, tu les engloutis les livres, là !
;)

Clara a dit…

@ Leiloona : bonne lecture ! J'ai été soufflée !

keisha a dit…

Cela a l'air dur, dis donc! Il y a un peu d'humour quand même? Et l'ours, il va bien? ^_^

Asphodèle a dit…

Quelle descente Clara, tu consommes à grande vitesse en ce moment, waouh ! Je le note celui-ci, pour un premier roman, il a l'air pas mal du tout ! :)

Clara a dit…

@ Keisha : pas d'humour mais une plume très acérée et une histoire captivante!Les descriptions de la nature sont magnifiques. Pour l'ours, je ne vais pas tout te raconter quand même...

@ Asphodèle : quand un livre me ferre, j'ai beaucoup, beaucoup de mal à lâcher ma lecture !

Valérie a dit…

Hum, hum, il me tente ce canyon! Et j'adore les histoires d'ours (merci Irving!).

Loo a dit…

Clara, je t'ai tagué avec Dis-moi ce que tu lis, je te dirai...
Sinon concernant cette histoire elle me fait un peu peur.

Aifelle a dit…

J'ai vu l'auteur au festival America il y a deux ans, il m'avait beaucoup intéressée. Hop, sur ma LAL ! Quelque chose me dit qu'on ne va pas tarder à le voir chez Keisha :-))

Mélopée a dit…

Je suis en train de le lire et je me régale ! Je ne lis donc pas ta critique mais j'y reviendrai pour sans doute faire le lien sur ma prochaine critique. En tout cas, c'est réjouissant, il se dévore !

Gwenaelle a dit…

Je vais me plaindre, tu lis trop de livres bien. C'est pas loyal ça... ;-)

Ys a dit…

d'après le billet d'Yv, je crois qu'il y a plus de nature dans ce roman que ce que tu décris, trop pour moi...

Anne a dit…

Mais pourquoi tu es particulièrement tentante avec les premiers romans !! Ils sontfaits pour toi, c'est sûr, et tu donnes très envie !

Mango a dit…

Ils ne sont pas mauvais les premiers romans cette année! Plusieurs sortent du lot. Je note celui-ci!

Clara a dit…

@ Valérie : alors ce livre est pour toi !

@ Loo : c'est certain qu'il y a une tension dans ce livre !
Merci pour le tag qui s'ajoute eux deux autres ...

@ Aifelle : comment tua s deviné ? Qui dit nature et ours dit forcément Keisha !

@ Mélopée : ah je suis contente !

@ Gwen : pas loyal ? tiens, c'est nouveau comme commentaire :)!

@ Yv : il y a une partie nature mais les relations, le personnalités des personnages m'ont tellement absorbée que je ne l'ai pas trouvé longue ou ennuyeuse.

@ Anne : j'aime les premiers romans ! oui, j'avoue!

Clara a dit…

@ Mango : en plus dans la collection Terres d'Amérique, les romans sont souvent très intéressants !

Yv a dit…

Moins convaincu que toi, j'ai aimé amis j'émets des réserves sur toute une partie plutôt longue du roman, celle concernant le campement des trois garçons ! Les rapports entre eux n'ont pas réussi à me tenir suffisamment en haleine pour surmonter mon ennui passager

Clara a dit…

@ Yv : je ne me suis pas ennuyée un seule seconde ! Fichtre ! Peut-être que Keisha a pris possession de mon esprit:)!

gambadou a dit…

ouch, il n'a pas l'air si facile ce livre

Theoma a dit…

soit je ne te parle plus jusqu'à ce que tu aies lu LES FEMMES DU BRACONNIER, soit je laisse un message sur ton blog à chaque fois que je me connecte...
LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER LES FEMMES DU BRACONNIER

Mélopée a dit…

Ça y est je rejoins pleinement ton avis ! Je l'ai particulièrement aimé et suis donc bien contente de lire ta critique très enthousiaste !

Hélène a dit…

Tu me donnes envie de le découvrir surtout que je suis fan de cette collection...

Clara a dit…

@ Gambadou : l'auteur n'a pas froid aux yeux c'est certain.

@ Theoma : je me rends!

@ Mélopée : ah chouette!

@ Hélène : il y a de très bonnes lectures dans cette collection!

Joelle a dit…

Je commençais déjà à saliver en voyant le titre mais avec ton billet, c'est carrément l'inondation sur le clavier ;) mdr !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...