mardi 6 mars 2012

Tim Parks - Le calme retrouvé


Éditeur : Actes Sud - Date de parution : Janvier 2012 - 323 pages sur le chemin de l'harmonie...

Avoir mal, supporter la douleur et se confronter au scepticisme des médecins : les examens sont normaux, vos maux sont psychosomatiques. Je ne suis pas la seule à être passée par ce chemin. Tim Parks, la cinquantaine sonnante a des problèmes de prostate. Des douleurs inexpliquées par le corps médical bien pensant. Car qui dit examens normaux renvoient le patient face à un mur en France ou chez nos voisins Italiens.

A travers ce livre, j’ai revécu une partie de mon propre ( et looooong) chemin de croix médical. Comme l'auteur, il y a quelques années, j’ai entendu, impuissante et désœuvrée, la science médicale qui me disait « vos douleurs sont dans votre tête». Quand la médecine traditionnelle ne peut rien pour vous, on se tourne vers des médecines dites alternatives. Tim Park grâce à la méditation va réconcilier son corps et son esprit.

Pour avoir lu de nombreux ouvrage sur la gestion de la douleur, ce livre par rapport à d’autres ne culpabilise pas celui qui a mal. Car nombres de livres vous accusent d’être responsables de vos maux ou alors vous vendent des méthodes (ou des stages). Ici, rien de tout cela.
Si j’ai trouvé le début assez lent,je pense qu’il était important pour Tim Parks de bien situer le contexte.

Avec humilité, intelligence et humour, l’auteur nous retrace son parcours et ce livre sonne de belles réflexions très justes à méditer ! Tim Parks parle de sa personne, ne l'oublions pas :  chacun est différent et ce livre n'a pas pour but de dire à un malade arrêtez vos médicaments. Je suis certaine que ce livre parlera d'autant  plus aux personnes atteintes de douleurs chroniques...

Conclusion. C'est une grosse erreur d'imaginer qu'on peut revenir à une meilleure relation avec son corps en se contentant de le malmener en le jetant dans l'action extrême. Dans mon cas, il était temps de trouver comment sortir de ma situation  délicate sans chasser une forme de tension en plongeant dans une autre.
Résolution.Si j'écrivais un jour sur cette "maladie", ce serait une fois guéri, quand elle ne serait plus une "affection". Et alors, avec les mots les plus simples.Pas d'ours blancs au poil qui se fracassait. Pas de littérature maniérée aux dépens du bien-être.

Les billets de Cathulu, Cuné, Papillon
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...