samedi 5 mars 2011

Christos Tsiolkas - La gifle

Éditeur : Belfond - Date de parution : 13/01/2011 -  246 pages lues sur les 467...

Extrait de la quatrième de couverture :  
Provocant, urgent, impitoyable, un roman coup de poing, une révélation dans la lignée d'un Don DeLillo ou d'un Jonathan Franzen. Lors d'un barbecue entre amis, un adulte gifle un enfant qui n'est pas le sien. Un incident qui va créer une onde de choc parmi les invités et provoquer une série d'événements explosifs. Mais aussi révéler, derrière les belles apparences, le racisme ordinaire, la drogue, l'alcool, la honte et une extrême solitude. Tour à tour violent et bouleversant de tendresse, un très grand roman qui dresse, avec une formidable lucidité, le tableau d'un Occident en pleine confusion.
Non, ça ne sera pas un billet habituel mais l’autopsie courte d’une lecture abandonnée à la moitié.  L’auteur a choisi de bousculer le lecteur par une utilisation massive de mots crus. Et la lectrice que je suis en a fait une overdose… J'ai tenté de poursuivre cette lecture, de m'intéresser aux personnages mais le vulgaire l'a emporté.
Dès la première page, les amis de la confrérie de la poésie comprendront que celle-ci ne sera pas au rendez-vous.  Avant même l’incident de la gifle, Hector chez qui le barbecue est organisé m’est apparu comme quelqu’un qui se soucie beaucoup de ses besoins sexuels. Du sexe à l’état brut que j’ai retrouvé dans les 246 pages lues (pour la sensualité, il faudra repasser).  A partir de l'incident, on découvre  l'intimité des personnages. Derrière les masques, on trouve de la drogue, des questions sans réponses,  des désillusions, des enfants surprotégés ou élevés devant la  télé.
J’aime les lectures qui me font réfléchir sur notre société  et ses dérives. Mais là, j’ai abandonné. L’écriture ou plutôt le vulgaire m’a coupée l’envie d’en savoir plus sur ces personnages.
Faut-il user à outrance du trash pour émouvoir le lecteur ou le faire réagir sur certains sujets ?  Je n’en suis pas certaine.
Sandrine(SD49) a également  abandonné. D’autres billets : La publivore, Leiloona, Livr-esse, Livrogne.
Je m'excuse auprès de  BOB pour cet abandon...

29 commentaires:

cathulu a dit…

Ah mince, j'avais envie de le lire!

Leiloona a dit…

Tiens, nous avons publié un billet sur le même livre, le même jour ! ;)
Si j'avais dû lire ce livre pour moi, je ne sais pas si je l'aurais terminé. Dense, pas mon style, mais comme je le lisais pour un autre site, je l'ai terminé. Et au final, je suis contente de l'avoir fait, car ce n'est pas mon style de roman, mais je ne peux nier qu'il est bon.

cathulu a dit…

Je viens de faire le tour et je crois que, sagement, j'attendrai qu'il sorte en poche.Trop d'avis contrastés.

keisha a dit…

Je viens de lire l'avis de leiloona. de toute façon j'avais déjà refusé le partenariat BOB, autant continuer à suivre mon instinct... ^_^

Mélo a dit…

Mince.. j'étais tellement tentée que je l'ai acheté la semaine dernière et c'est rare en plus que j'achète des brochés :(
Ton billet me refroidit complètement, je n'aime pas non plus le vulgaire dans les romans. Zut alors, je suis déçue, je vais attendre un peu avant de l'entamer.

Sandrine(SD49) a dit…

Tout à fait d'accord avec toi ;-D

Ys a dit…

Tiens, j'aurais cru que Keisha serait tentée... moi je le suis encore, parce que bon, même si on nous annonce tous les quatre matins Le grand roman sur le monde contemporain couronné de prix et tout, avec moi, ça marche toujours...

Anne Sophie a dit…

je passe !!!

choupynette a dit…

quand j'ai vu que tu avais publiué un billet, je me suis dit: "tiens, finalement, elle en sera venu à bout". Je vois que tu as abandonné. Cela pique quand même ma curiosité car j'ai lu un ou deux avis très positifs;

Mango a dit…

N'ayant pas du tout aimé le dernier livre de Don Delillo annoncé comme un chef d'œuvre:"Le point Oméga", je n'ai aucune envie de lire ce livre-ci par conséquent et ce que Sandrine et toi vous en dites me confirme dans cette décision!

Cynthia a dit…

Oulalala je ne sais plus quoi en penser du coup :/ Je vais attendre la version Poche je crois...

noann a dit…

ouille ouille ouille...!

Valérie a dit…

Très bonnes critiques presse mais ce roman ne semble pas du tout fait pour moi.

Isa a dit…

Comme tu le sais j'ai adoré. Même s'il y a beaucoup(voir un excès) de vulgarité, j'ai trouvé pleins d'axes de réflexion sur la société contemporaine. Au-delà de la violence de ses propos j'ai trouvé une vraie diversité psychologique des personnages.
Mais je comprends qu'on puisse détester ce genre de roman...

Alex Mot-à-Mots a dit…

Pourtant, le pitch était alléchant !

Aifelle a dit…

Je ne suis pas prête à prendre le risque, je verrai plus tard soit à la bibliothèque, soit en poche.

antigone a dit…

La présentation vue ailleurs me tentait mais entre ton billet et celui de Leiloona, l'envie se tarie de plus en plus... brrr.

herisson08 a dit…

Dommage... :(

Joelle a dit…

Comme ce genre de langage ne me dérange pas forcément et que l'histoire m'intéresse, je le conserve dans ma LAL malgré tout ! Mais bon, peut-être qu'une fois que je l'aurai lu, je serai du même avis que toi ;)

Jérôme a dit…

Personnellement, j'ai adoré. C'est toute la littérature que j'aime. Mais comme je le dis dans mon billet, je comprends parfaitement que l'on ne supporte pas un tel roman.

Kathel a dit…

J'étais perplexe et me demandais si j'aimerais ce tire, ton avis freine ma précipitation et c'est très bien !

liliba a dit…

Ah ben flute... pourtant au départ il me tentait bien, ce bouquin...

Manu a dit…

Bon, le côté cru me rebute. Dommage, le sujet était franchement tentant.

Clara a dit…

@ Cathulu : oui, beaucoup d'avis différents !

@ Leiloona : quand tourner la page devient une contrainte, je préfère arrêter.

@ Keisha: hum, hum, tu as du flair ...

@ Mélo : je n'ai pas réussi à m'intéresser aux personnages à cause de l'écriture.

@ Sandrine (SD49) : trop de vulgarité pour moi..

@ Ys : Si tu aimes le côté trash de Virgine Despentes, il y a des chances pour que tu ne bloques pas comme moi !

@ Anne Sophie : certaine ?

@ Choupynette : il s'gaissait d'un un partenariat donc le billet s'imposait.

@ Mango : soit on aime soit on déteste ...

@ Cynthia : si l'auteur voulait faire parler de lui en tout cas, c'est réussi !

@ Noann : ben oui ...

@ Valérie : il n'était pas pour moi ..

@ Isa, Jérôme : la question que je me pose c'est est-ce qu'il faut "taper fort" pour parler de certains sujets ?

@ Alex : les 4èmes de couverture sont rarement désavantageuses!

@ Aifelle,Antigone, Kathel, Liliba,Hérisson08, Manu : le mieux est de le feuilleter avant !

@ Joëlle : oui et tu aimeras peut-être ! Ce livre n'était pas pour moi tout simplement ...

lapublivore a dit…

Merci de la petite visite sur blog. Comme tu as pu le voir, je n'ai pas accroché non plus. En le finissant, je me suis dit que j'aurais du arrêter plus tôt...

Valérie a dit…

Je viens de lire deux chapitres et du coup, je voulais relire ton billet pour voir si d'autres éléments que la vulgarité des mots t'avait gênée. Il semble que oui. Pour l'instant, j'aime mais je pense que les mots si crus m'auraient davantage gênée en français. Mêm si je comprends tous ces mots en anglais, j'ai toujours l'impresssion que la langue étrangère en atténue le caractère choquant.

Clara a dit…

@ Valérie : trop de vulgarité, trop de personnages qui sont surchargés de vices... Peut-être que le lire en VO permet une distance ?

Valérie a dit…

C'est sûr, en français, ça m'aurait peser, moins en anglais. Mais finalement, je n'ai aimé que les 100 premières pages, je me suis vite lassée de ces personnages antipathiques.

Clara a dit…

@ Valérie : toi aussi tu as jeté l'éponge finalement...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...