jeudi 14 avril 2011

Fabienne Juhel - A l'angle du renard

Éditeur : Au Rouergue - Date de parution : Janvier 2009 - 235 pages et un coup de cœur !

Arsène Le Rigoleur est un breton des terres. La quarantaine, célibataire, il vit et travaille à la ferme. Un gars attaché à la terre. Quand une famille de la ville vient s’installer dans la métairie rénonvée d'à côté, il voit ça d’un mauvais œil. Il n’a pas besoin de voisins. Juliette, la fillette âgée de 5 ans aime venir chez lui, parler avec lui et voir les animaux. Son frère Louis, de 3 ans son aîné, est distant. Lui ne vient  pas tourner autour d’Arsène. Un gamin rouquin qui ne fait pas de bruit comme les renards mais qui observe. Il aurait même tendance à faire ses coups en douce. 

Avertissement : Après Les hommes sirènes, Les bois dormants et maintenant ce livre, Je suis atteinte de Juhalmania !

Je vais commencer par  un long paragraphe intitulé C’est ma vie. Désolée, et si vous le voulez, vous pouvez le passer… Car ce livre a réveillé des images, des scènes qui dormaient depuis mon enfance. Le langage  d’Arsène a  chatouillé mes oreilles, un langage si souvent entendu. Et même des gars comme Arsène, j’en ai connu. De loin. Ils me faisaient un peu peur ces grands-oncles, ces petits  cousins.  Des gens toujours occupés à la ferme. De toute façon, le travail ne manquait jamais. Ils n’avaient pas l’habitude de causer pour rien alors ils se taisaient la plupart du temps. Je revois le pain de trois livres sur la table près du bol de café. J’entends le bruit de l’opinel qu’on referme d’un coup sec. Et la terre,  elle occupait les esprits. Ils avaient son goût dans la bouche, elle leur coulait dans les veines.

Alors, Arsène, je l’ai compris. Du moins au début.  Sa méfiance envers ses nouveaux voisins. Pas l'envie qu’on vienne mettre le nez dans ses affaires.  Mais, la petite  Juliette est un feu follet . Une gamine attachante. Ses parents n’aiment pas qu’elle traîne chez Arsène. Un homme seul, pas causant. Il y a de quoi être prudent. Mais jamais Arsène ne ferait pas de mal à la petite ! Non, ce n’est pas son genre.  Par contre, il se méfie du frère de Juliette, Louis. Au fil des pages, j'ai ressenti un sentiment étrange. L’impression d’être épiée, attendant avec angoisse  de savoir ce qui allait se passer. La fin tombe comme un couperet. Salvateur et libérateur.

Et je n’en dirai pas plus !
Car il s’agit d’un livre hypnotique, troublant. Arsène nous révèle petit à petit sa vie avec des mots rêches. Une vie lourde comme la terre où dorment des secrets, des non dits.
Mélange savant de croyances populaires , d'une intrigue et d’un monde paysan qui se cherche  entre les temps anciens et l’avenir. L'histoire, l'ambiance, l'écriture et le style... l'ensemble forme un coup cœur ( encore) !

C'est que des mots j'en ai plein ma mémoire. Comme des cailloux dans une carrière. Parce que quand on est môme, on apprend à se taire et à écouter. Et à ronger son frein.
- Tais-toi quand ton père parle, elle disait la Mère.
Le Père allait à l'économie avec les paroles. Alors fallait pas rater le coche.

Plein de billets chez l'ami BOB!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...