lundi 17 septembre 2012

Marie-Hélène Lafon - Les pays


Éditeur : Buchet Chastel - Date de parution : Septembre 2012 - 203 belles pages avec beaucoup de pudeur!

Enfant, Claire se rend à Paris pour le salon de l’agriculture. Devenue bachelière, cette fille de paysans du Cantal est acceptée à la Sorbonne pour des études littéraires. La jeune fille rencontre un nouveau monde, un nouveau pays qui lui est inconnu et où la culture lui fait défaut. Parmi tous ces étudiants,  elle se sent souvent mal à l’aise. Après des mois  elle jetait chaque jour ses jeunes forces  dans la lutte des études qui étaient sa guerre, elle décroche sa première année, poursuit ses études et finit par s’installer dans cette ville. Claire s’est construite avec ce mélange de deux  mondes où elle a trouvé un équilibre.

Claire connaît la dureté et les difficultés du travail de ses parents. Un monde agricole avec  le couteau sous la gorge, des heures de travail non comptées et des interrogations sur l’avenir de la profession. A la Sorbonne, elle découvre, apprend ce que d’autres étudiants connaissent par leur milieu social. Gêne et honte se font sentir. Et il y a Paris. Une vie dont elle ne profite pas, un endroit qui ne lui appartient pas. Avec la peur de redoubler et de perdre  la bourse qui lui permet d'étudier. Petit à petit, elle prend ses marques, apprivoise cette ville  sans pour autant oublier d’où elle vient. Ses origines sont ancrées en elle. Indélébiles. Et ce sont autant d’odeurs, d’environnements différents  qui lui rappellent son Cantal et la ferme familiale.
Chez Marie-Hélène Lafon, le mot paysan n’est  pas dénigré mais employé avec respect et fierté.  J’ai doublement aimé ce livre car je me suis retrouvée dans ce personnage de Claire.
Sans tout raconter,  les dernières pages sont  particulièrement émouvantes. Claire devenue adulte reçoit son père et son neveu  quelques jours chez elle. Les pensées, les sentiments du père et  sa fille  sont décrits avec une justesse incroyable. Un père qui ne comprend pas mais admet leurs vies différentes.

Soit on aime l’écriture de cette auteure, soit c’est l’inverse et on peut avoir l’impression d’être enseveli par ce ruisseau de mots. Il faut prendre son temps pour s’imprégner de la richesse déployée par l’envergure stylistique (certains diront pompeux ou ennuyant, pas moi) car comme dans l’annonce, l’écriture se joue des codes et de la ponctuation.   
Un livre sur les origines, sur le monde paysan (avec un hommage et un amour qui saute aux  yeux et prend à la gorge), sur la construction identitaire et où une forme de pudeur se ressent dans chaque phrase ! 

Le billet de Mimipinson


 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...