vendredi 4 novembre 2011

Jean-Philippe Blondel - Et rester vivant

Éditeur : Buchet-Chastel - Date de parution : Septembre 2011 - 245 pages

Jean-Philippe Blondel revient sur l’année de ses vingt-deux ans. A dix-huit ans,  il a perdu sa mère et son frère dans un accident de voiture. Et là, quatre plus tard, son père décède également  dans les mêmes circonstances. L’auteur ne s’écroule pas. La stupeur et une forme d’hébétement prennent le relais.   Il bazarde tout ce qu’il a en France et accompagné de sa future ex-petite amie et de son meilleur ami, il part aux Etats-Unis. Ce road-movie sur les routes de Californie lui permet de rester debout. Et vivant.   

Je dis souvent que la lecture est une histoire de rencontre. Il y a donc  forcément des questions d’affinités et d’humeur. J’ai lu une première fois ce livre trois semaines après avoir été bouleversée par Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan.  Une fois terminé, je n’ai pas ressenti  pas d’émotion particulière. J’ai quand même vérifié  si  mon cœur (connu pour être celui d’un artichaut) n’était pas devenu de granit, mais non !  Je me suis dit que j’étais encore sous l'emprise de Rien ne s’oppose à la nuit et que ce n’était pas le bon moment. Pour la petite histoire : quand je repasse, je regarde la télé (pour ceux que ça n’intéresse pas, vous pouvez sauter allègrement ce paragraphe). Alors que m’appliquais avec amour sur les chemises de monsieur, je regardais un enregistrement  de l'émission La grande librairie ( autant joindre un peu  de divertissement aux corvées ). Jean-Philippe Blondel  était l'invité et il m’est apparu  touchant, sympathique. J’ai donc relu  cette autobiographie.

Je mentirai en disant que c’était de la torture parce que certaines  phrases sont très belles et que sa sincérité en est presque désarmante. Mais, je suis restée en dehors de ce livre.  Et pourtant, ce sont des phrases courtes comme je les aime. De plus,  Jean-Philippe Blondel  évite le larmoyant  mais voilà, la rencontre ne s’est pas produite (et j'en suis presque à m'excuser... ).

De nombreux avis sur Babelio

21 commentaires:

bladelor a dit…

Tu le dis très bien, parfois la rencontre n'a pas lieu. Moi j'ai vibré avec ce roman, mais je comprends que l'on puisse rester en dehors.

bulleblog a dit…

Voici mon adresse mail si tu souhaites me contacter : aliblabla@laposte.net
A bientôt !

Géraldine a dit…

Je publie dans 2 jours sur ce livre que j'ai pour ma part beaucoup aimé, sans doute une question de vécu personnel... J'ai souvent tout basardé dans ma vie pour partir loin. Alors ce livre, je l'ai dévoré en quelques heures et j'ai aimé justement qu'il ne soit pas dans le pathos.

Les Livres de George a dit…

Tu sais que j'ai beaucoup aimé, mais je trouve ton billet juste dans ce que tu dis sur la rencontre, et comme parfois une lecture précédente peut influer sur les livres à venir. Peut-être le reliras-tu plus tard, et le liras-tu de façon différente.

saxaoul a dit…

Oh, tu n'as pas à t'excuser, ça arrive parfois ce genre de chose ! JPB est un auteur que j'aime beaucoup. Dans un billet sur "G229", je disais, comme toi ici, que j'étais passée complétement à côté. Il m'a envoyé un mail sympathique pour me dire que ça arrivait.

Clara a dit…

@ Bladelor : oui, et c'est pour cette raison que j'ai préféré le lire une seconde fois.

@ Bulleblog : merci !

@ Géraldine : je comprends tout à fait les avis enthousiastes ! Mai pour moi, l'étincelle ne n'est pas produite !

Clara a dit…

@ George : qui sait ? peut-être que la troisième sera la bonne ? Quelquefois seul le temps permet qu'une rencontre se fasse.

@ Saxaoul : quand je l'ai vu à la grande librairie, il m'a donnée une bonne impression ! Pas du tout le genre d'auteur ayant pris la grosse tête. Tout l'inverse au contraire et j'ai eu l'impression de voir et d'entendre quelqu'un de profondément humain, justement!

sylire a dit…

Tu lui as donné une seconde chance. Tu ne peux pas faire mieux.

Aifelle a dit…

Les lectures, c'est beaucoup une histoire de moment et d'état d'esprit. Si tu le reprends dans dix ans, il te bouleversera peut-être. Je le prendrai à la bibliothèque dans quelque temps.

keisha a dit…

G229 m'avait bien plu. le baby sitter aussi. Je reconnais la pudeur de l'auteur. Qui a l'air éminemment sympathique. Lirai-je son roman, je l'ignore!
Ton blog it : pense à changer de bras à chaque fois, tu auras musclé les deux en parallèle, c'est mieux... Vive le sport!

lucie a dit…

je tenterai quand même, oui tout est question de moment, de vécu et la rencontre n'a pas toujours lieu, ça ne peut pas fonctionner à tous les coups...

Anne a dit…

Peut-être que la volonté de se mettre en retrait de sa propre histoire rend normal une certaine distance du lecteur. Delphine de Vigan nous touche parce qu'elle parle de sa mère, bien sûr, personnage très touchant, mais aussi d'elle-même et de ses combats avec l'écriture. Ces passages-là étaient très émouvants, de mon point de vue. La confusion des peines, de Laurence Tardieu, doit être "semblable". Blondel a voulu rester plus détaché, d'après ce que je lis. Peut-être que je lirai ce livre, pas sûr...

Valérie a dit…

Tu n'es visiblement pas la seule du tout dans ce cas. Comme rares sont les livres qui ne te plaisent pas, je passe allégrement sur celui-ci.

Gwenaelle a dit…

Je n'ai lu ni l'un ni l'autre mais je tiens à te soutenir dans ta nouvelle activité sportive! Un truc que je pratique moi aussi, surtout avec les gros pavés américains... ;-)

Krol a dit…

Pareil que toi ! Je n'ai pas eu un coup de coeur pour ce livre qui m'avait été chaudement recommandé. Je suis restée en marge. Ca se lit facilement mais j'ai ressenti peu d'émotions.

Lystig a dit…

je ne repasse que rarement (enfin que mes affaires), mon mari repassant pour la famille !!!

Asphodèle a dit…

Bah ça alors ! J'ai adoré ce livre, lu pendant le RAT en deux heures, je n'ai pas encore fait mon billet car à vrai dire je ne sais pas comment m'y prendre. Mais je peux comprendre qu'on "passe à côté" après une lecture forte ! Ca m'arrive aussi...

Clara a dit…

@ Sylire : j'ai emprunté à la biblio biblio Brise glace dont In Cold blog a dit le plus grand bien.

@ Aifelle : tout à fait !

@ Keisha : les ressentis sont tellement personnels et subjectifs que ce ne sont que des avis à un moment donné. Et oui, je change de bras ! Peut-être qu'un jour "le jeté livre par dessus l'épaule et en arrière" sera une discipline olympique:)?

@ Lucie : il y a tant de facteurs qui rentrent en compte !

@ Anne: je pense qu'il faut tenter de le lire ! Dans le livre de Delphine de Vifgan, cette quête "de comment je vais écrire" m' a beaucoup marquée..

@ Valérie : non, je te conseille de le lire. Je ne suis pas rentrée dans l'histoire mais la plupart des lecteurs/lectrices ont été bouleversés !!

@ Gwen : chouete, on va pouvoir former une équipe!

@ Krol : comme tu l'as dit dans ton billet, il m'a manqué quelque chose...

@ Lystig : non? Fichtre!!!!et tu as fait comment, il y a une méthode?

@ Asphodèle : il se lit très bien, je ne remets pas en cause l'écriture ou le thème. Je suis juste passée à côté comme ça peut arriver.

Violaine a dit…

Je comprends tout à fait ton ressenti. Ca a été un peu pareil pour moi. la fin m'a vraiment beaucoup touchée mais j'ai mis beaucoup de temps à rentrer dedans. La démarche et sa justesse me plaisent mais j'ai aussi eu ce sentiment de rester en dehors. C'est d'autant plus frustrant qu'on sent bien que c'est un livre fort et qu'il dit des choses très saisissantes.

Joelle a dit…

C'est le genre de livre à lire au bon moment sinon, pfff, ça ne fonctionne pas ... du coup, de mon côté, j'attends parce que là, ce n'est définitivement pas le bon moment (et ce n'est pourtant pas du à mes lectures précédentes ou en cours) !

Clara a dit…

@ Violaine : oui, tout à fait ! Très frustrant d'avoir ce sentiment d'être passée à côté alors que certain(e)s ont été fracassé(e)s d'émotion!

@ Joëlle : je le garde dans ma biblio, et un jour, je le ressortirai.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...