jeudi 24 mai 2012

Michèle Perret - D'ocre et de cendres


Éditeur : L'Harmattan - Date de parution : Février 2012 - 110 pages et des vies touchantes de femmes Oranaises !

Ce recueil de nouvelles relate la vie de femmes liées à Oran. Elles y sont nées, elles y vivent encore ou alors elles ont quittée cette ville  pour un autre pays.

Des vies différentes où la femme est abordée à travers le temps : enfant, adolescente, jeune mariée, femme plus âgée, grand-mère. Et chacune à sa propre histoire avec les souvenirs heureux du temps de l’insouciance, la condition des femmes Algériennes mais surtout l’empreinte de l’histoire :  la guerre d’indépendance, le massacre du 17 octobre 1961 à Paris. Cet évènement est abordé par le regard d'une parisienne bourgeoise et énarque qui découvre avec stupeur l'impensable. Les coutumes, l’autorité et la figure masculine, la culture, les désillusions, l'amour, le racisme, la pluralité des communautés sont présents dans ces textes. L'image d'une société qui a mué  mais qui conserve ses racines nous est transmise comme les rêves et les espoirs de ces femmes.

Avec une écriture toute en finesse et très visuelle, Michèle Perret dresse des portraits de femme touchants, échelonnés dans la grande histoire et nous livre un  recueil est profondément humain ! Seul petit bémol : j’ai trouvé que la dernière nouvelle était « cliché ».

Nous passons aux bidonvilles du nord-ouest, Courbevoie, Nanterre. Nous les arpentons, Marga, son copain qui ressemble à un vieux typographe anarchiste, deux militants nationalistes au visage de bois et moi, avec mes fines ballerines et tenant par la main ma petite muette. Les ruelles sont boueuses, les baraques misérables et pourtant, il y a souvent là une certaine chaleur, une certaine amitié. Je découvre un monde inconnu.

Les billets d'AlexDaniel Fattorius

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...