jeudi 10 janvier 2013

Jeanne Benameur - Profanes


Éditeur : Actes Sud - Date de parution : Janvier 2013 - 274 pages éblouissantes ! 

Octave Lassalle est un ancien chirurgien cardiologue à la retraite. Agé de quatre-vingt-dix ans,  il vit seul dans sa grande maison. Avant que la dépendance  n’arrive, il a décidé d’anticiper et a tenu à choisir  quatre personnes. Chez chacun des quatre, il a flairé le terreau d’une histoire. Quelque chose qui pourrait l’éclairer. Chez chacun  d’eux, la lutte, solitaire, pour la vie. Et aucune religion à laquelle se raccrocher. C’était la question commune à chaque entretien. La plus importante. Quel rapport entretenaient-ils avec la foi, la religion ? Aucun  des quatre n’avait la foi domptée par la religion. Les quatre doutaient. Mais luttaient, il le savait. Et c’est pour cela qu’il les avait choisis.
Chacune d’entre elles se voit affecter une tranche horaire et une mission précise. Ces trois femmes et cet homme se croisent chez Octave Lassalle. Chacun a son histoire comme Octave. Avant d’être un vieux monsieur seul, il était marié et avait une fille Claire. Claire gravement blessée dans un accident  en pleine jeunesse en allant rejoindre son amant et Anna qui le suppliait, le priait de sauver leur fille. Octave n’a pas pu. Conscient de ses limites et par peur d’échouer.  Toutes les années de solitude l’ont laissé sur la grande route blanche et ils ne  sont pas assez de quatre pour avancer avec lui.  Il pense à l’étymologie du mot profane : celui qui est devant le temple. Il est  ce profane. Ils sont  ces profanes. Entouré de Marc dont il ne sait pas grand-chose, d’Hélène l’artiste peintre, de Yolande une femme au grand cœur sur qui on peut compter et  de Béatrice, la jeune étudiante infirmière, Octave veut pouvoir enfin avancer.   Un profane a le droit aussi de douter. Le doute n’est pas réservé aux croyants. J’ai besoin d’autres êtres humains, comme moi, doutant, s’égarant, pour m’approcher de ce que c’est la vie. Parce que je suis vieux.(..) J’ai besoin de confronter mon doute à d’autres, issus d’autres vies, d’autres cœurs. J‘ai besoin de  frotter mon âme à d’autres âmes aussi imparfaites et trébuchantes que la mienne.  Pour vivre ses dernières années et en tirer parti, Octave reconnait avec humilité ses doutes, sa peur. Comprendre là où il a échoué pour atteindre une forme de sérénité avec lui-même. Il refuse celle donnée par les religions, pour lui l’homme grandit par ce qu’il apprend des autres. Il a consacré sa vie à en sauver d’autres sans dogme contrairement à Anna, croyante, la religion en bandoulière. Après la mort de Claire, ils se heurtaient, prière contre impuissance. Anna est repartie vivre au Canada emportant tous les souvenirs de Claire sauf une photo et sa maison où elle jouait étant petite fille. Octave a la conviction que ces quatre personnes vont jouer un rôle. Et il pourra panser  ses propres blessures, apaiser ses doutes et comprendre. Octave distribue lui-aussi son histoire mais surtout celle de Claire pour qu’elle continue de vivre.  Marc, Hélène, Yolande et Béatrice reçoivent eux-aussi. Humblement.  D’Octave, de cette maison chargée de souvenirs  qui délivre une histoire. Enrichissante pour le soi intérieur, pour son  cheminement intérieur pour mieux comprendre la vie, l’appréhender et la vivre.

Il faut prendre son temps pour lire ce roman, pour s'imprégner des mots. Riche par sa portée, riche par ce qu’il nous enseigne. Jeanne Benameur par son écriture d’orfèvre signe ici un livre qui ouvre les yeux, l’esprit et  le cœur.  Un livre d’une intensité rare, éblouissant, qui ne laissera personne  indifférent. Elle nous offre un hymne à la vie, à la foi dans l’homme. Un lecture dont on sort grandi, messager et  habité par ce texte sublime.

Après Laver le sombresLes demeurées, Les Reliques ,Les mains libresLes insurrections singulières, cette auteure est une mes auteures préférées par ses thèmes, par son engagement et par son écriture.

Les billets de Jostein et Géraldine

NB : Merci à Actes Sud pour la couverture car maintenant les parutions d'auteurs français ont des couvertures uniformes (et bien tristounettes)...
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...