mercredi 9 janvier 2013

Valérie Tong Cuong - L'atelier des miracles


Editeur : JC Lattes - Date de parution : Janvier 2013 - 266 pages d'humanité ! 

Mariette selon l’expression  est au bout du rouleau. Professeur d’histoire-géo mariée un homme politique calculateur qui la rabaisse, elle se rend  au collège avec la peur au ventre. Un de ses élèves, un meneur de troisième, a décidé  de la faire craquer. Un jour, Mariette voit rouge. C’est la gifle, l’élève qui tombe dans les escaliers. Mariette est internée en hôpital psychiatrique, son mari ne voulant pas que cet incident s’ébruite à quelques semaines des élections. Quand le feu prend dans l’immeuble où elle sous-loue un appartement, Millie saute par la fenêtre. Cette jeune secrétaire intérimaire vit dans la solitude la plus totale et porte une blessure béante depuis l’enfance. Surnommée la miraculée à l’hôpital car elle n’est pas blessée, Millie ne dit rien. Elle feint l’amnésie dont les médecins parlent. Et il y a Monsieur Mike. Cet ancien légionnaire d’à peine quarante ans qui  a déserté l’armée. Trop d' horreurs et de sales besognes  dont personne ne parlait et surtout pas les gradés qui donnaient les ordres. Après son retour dans le monde civil, personne ne voulait  plus de lui, ni sa femme  ni aucun  employeur. Alors, il vit dans la rue sous un porche. 
A ces trois personnes en détresse , Jean propose de les aider, de les accueillir dans son association située dans un ancien atelier d’horlogerie. Le temps que Mariette  retrouve confiance en eux, que la mémoire de Millie revienne. Monsieur Mike est embauché par Jean comme agent de sécurité.  L’Atelier est un tremplin, un endroit où l’on reste un temps donné  pour se refaire. Pas d'assistanat mais donner aux gens malmenés par la vie un second souffle.
La suite est un merveilleux roman où Mariette, Millie et Monsieur Mike décrivent le fil des évènements. Millie poursuit dans son mensonge et devient Zelda une nouvelle personne blanche de tout passé, Mariette comprend que son mariage repose sur un leurre  et Monsieur Mike se pose des questions sur les  rouages opaques de l’atelier. Jean leur prépare une nouvelle vie  sur mesure mais un grain de sable enraye toute la mécanique qui fonctionnait si bien jusqu’à  présent.

Valérie Tong Cuong pose de multiples réflexions sur la solidarité. Ce que l'on cherche consciemment ou non en tendant une main pour aider l’autre et ce que l'on gagne à être sorti d'une mauvaise passe qui perdure.  
Un très, très beau roman sur la solidarité et les secondes chances offertes à des personnes qui en ont besoin avec  des personnages  tellement  vrais et  tellement  humains ! Je suis sortie émue de cette lecture et  surtout remplie d’espoir. Et même s’il y a des mensonges, si Jean se révèle ne pas être le Bon Samaritain sous toutes les coutures, ce livre débouche sur une chaîne où chaque être humain a de l’importance. 
Pas de guimauve mais la réalité et beaucoup d'humanité. Un coup de cœur qui fait du bien ! 

Elle avait raison. Depuis le début, j'avais intégré le dispositif sans renâcler, je n'étais pas fier à cent pour cent de ce que je faisais, mais j'avais préféré éluder le questions gênantes pour satisfaire ma propre soif de m'en sortir, ma soif d'exister, ma soif de respect. Elle avait raison : qu' y avait-il de mal à faire le bonheur d'autrui ? 

 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...