lundi 5 septembre 2011

Fanny Saintenoy - Juste avant

Éditeur : Flammarion- Date de parution : Août 2011 - 118 belles pages en toute simplicité...

Deux récits et deux femmes. Juliette est une vieille dame à l’aube de finir sa vie et Fanny, son arrière-petite-fille  tente de construire la sienne. Un siècle les sépare mais outre les liens du sans, les souvenirs les lient.
Voilà une jolie découverte  de cette rentrée littéraire ! Un premier roman qui en toute simplicité laisse beaucoup d’émotions après sa lecture. Juliette attend la mort mais maintenant elle a peur que son heure soit venue. Pourtant, elle a eu (selon l’expression) une longue vie. Mais s’apprêter à partir est difficile.  Elle voudrait encore un peu de temps. Juste un peu. Juliette plonge dans ses souvenirs, remonte le temps dans une langue sans ambages. Elle qui a connu des moments difficiles à réussi à les surmonter grâce à sa gaieté et un optimisme naturel. Fanny est dans le train pour lui rendre visite. Une visite qui s’impose comme un besoin. Trentenaire, elle  vient de divorcer.  Elle aussi convoque le passé.
Deux récits où les souvenirs se croisent, se superposent par instants,  tissent la toile entre cinq générations.  Juliette fait le point sur sa vie. Forcément, il y a des regrets inavoués qui donnent naissances à d'autres vies aux fondements hypothétiques. Mais, les sourires et la gaieté l'emportent. Fanny est la nouvelle la voix féminine de sa famille. Et, chaque génération a apporté une petite pierre à la jeune femme qu'elle est. 
Les époques changent mais les questions sur l’amour, la vie et la mort sont identiques.
On retiendra de ce premier roman une délicatesse émouvante et simple. Et surtout, chacun gardera longtemps des souvenirs émoustillés, teintés d’une nostalgie surannée.
L'autre jour à la télé, j'ai vu un reportage sur une maison de retraite.Une jeune fille adorable, pleine de convictions, venait chanter avec les mémés et elle leur faisait battre le ryhthme avec des grelots ou des claves, je ne sais plus. La salle s'appelait "Espace tendresse", c'était d'une tristesse à vomir.Je ne peux plus voir ce genre de scène, je ne veux plus.
Le billet de Leiloona.
Et un livre supplémentaire pour le challenge d'Hérisson08 !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...