dimanche 11 septembre 2011

Olivier Sillig - Skoda

Éditeur : Buchet-Chastel - Date de parution : Août 2011 - 102 pages et une claque !

Après un raid aérien meurtrier, Stjepan repend conscience. Ses amis sont morts et  le jeune homme découvre un nourrisson  dans une voiture. La mère n’a pas survécu. Stjepan décide de le prendre avec lui et de s’en occuper.  
Le personnage s’appelle Stjepan, on apprend qu’il est âgé à peine d'une vingtaine d'anées. L’endroit, la région ou le pays ne sont pas nommés. Aucune importance ou tant mieux justement. Ainsi, l'auteur  parvient à donner à ce roman une portée plus profonde. Alors que la guerre frappe, tue et ravage, Stjepan décide de s'occuper de ce bébé. Il le nomme Skoda comme la marque de voiture dans lequel il se trouvait. Sans avoir aucune expérience, il marche vers un pays qui ne peut être que meilleur. Sur sa route, quelques rencontres où la nature humaine se révèle généreuse ou répugnante.  Stjepan se prend de tendresse pour Skoda, il apprend quelques rudiments de base et agit comme un père protecteur.
Dans une écriture concise, l’auteur nous décrit la guerre, les sacrifices, la beauté et la fragilité de la vie. Oliver Sillig s’est débarrassé du superflu pour mieux atteindre le lecteur... Ca fait mal et la page suivante, on a le cœur tout chiffonné par les espoirs de Stjepan ou son regard sur Skoda.

Une lecture en apnée totale, j'ai été ballotée par tout ce qui s'en dégage ! Et en une centaine de pages, je me suis prise une claque ! Admirable...
Olivier Sillig ne se fait pas donneur de leçons. Non, il nous raconte une histoire qui a existé ou qui existe.

Pour un soldat, la meilleure défense, c’est l’attaque. Et l’avion est là pour ça. Alors le pilote, là-bas, à l’horizon, là où le soleil se couche, tire - riposte préventive, c’est sans doute ainsi qu’on justifie toute action militaire.  
Les billets d’Antigone, Cathulu ( un énorme merci !), Stéphie.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...