vendredi 2 septembre 2011

Emmanuel Carrère - Limonov

Éditeur : POL - Date de parution : Septembre 2011 - 489 pages

Un soir, alors qu'il se trouvait à Moscou,  Emmanuel Carrère aperçoit un visage connu : Limonov. Il l’avait  rencontré pour la première fois au début des années 1980 à Paris quand Limonov avait accédé à un certain succès avec son  livre Le poète russe préfère les hommes nègres. Il le croyait en prison et voilà comment Emmanuel Carrère s'est intéressé à la vie de Limonov.
Pourquoi écrire sur lui ? Emmanuel Carrère répond  « Limonov, lui, a été voyou en Ukraine; idole de l'"underground" soviétique ; clochard, puis valet de chambre d'un milliardaire à Manhattan; écrivain à la mode à Paris; soldat perdu dans les Balkans; et maintenant, dans l'immense bordel de l'après-communisme, vieux chef charismatique d'un parti de jeunes desperados. Lui-même se voit comme un héros, on peut le considérer comme un salaud: je suspends pour ma part mon jugement. Mais ce que j’ai pensé (…) c’est que sa vie romanesque et dangereuse racontait quelque chose. Pas seulement sur lui, Limonov, pas seulement sur la Russie, mais notre histoire à tous depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.
Quelque chose, oui, mais quoi ? Je commence ce livre  pour l’apprendre. »

Emmanuel Carrère en nous racontant la vie de Limonov depuis 1943 nous déroule une autre histoire. Avec talent. La grande Histoire : la mort de Staline, la chute du Communisme, les enjeux géopolitiques, la nouvelle Russie et ses nouveaux riches ( et j'en passe)… Tous ces évènements, Limonov les a connus d’une façon ou d’une autre. Edouard Limonov, de son vrai nom Savenko est né en 1943 en Ukraine. Une enfance à la dure et très tôt, Limonov n’a qu’une envie : devenir un héros.
Poète à ses débuts, le surnom de Limonov lui est attribué ( Limon : citron et de Limonka : grenade). Limonov voit grand et décide de quitter le pays natal pour les Etats-Unis avec sa femme  Elena. Nous sommes en  1975. Le couple réussit à s’introduire dans les cercles privés et prisés. Tous deux espèrent et convoitent la gloire qui ne viendra pas. Elena le quitte et Limonov  devient un clochard puis un valet de chambre au service d’un milliardaire américain. En 1980, il arrive à Paris, écrit dans la revue de Jean-Edern Hallier. Ses livres qui  portent tous sur sa vie connaissent un certain succès mais pas de quoi rouler sur l’or. Puis, Limonov part à Moscou. Il se mêle de la politique, rêve d’idéologie. Le voilà à Sarajavo là où on ne l’attendait pas. Ses idées flirtent avec le fascisme. Puis de retour à Moscou, il crée son propre parti national-bolchevique. Il sera condamné à quinze ans de prison et libéré avant d’avoir purgé entièrement sa peine grâce à ses livres.

Alors oui, celui qui rêvait de devenir un héros est prétentieux, jaloux, profiteur, un brin voyou, provocateur … et la liste est longue ! Mais c’est aussi un homme, un écrivain qui n’a jamais renié ses actes ou ses propos. Fidèle à lui-même, il n’a jamais retourné sa veste pour redorer son image.

Emmanuel Carrère ne juge pas mais intervient avec des anedoctes et en toute honnêteté. Allant jusqu’à dire qu’il a abandonné ce livre pendant plus d’un an à la vue d’un film où l’on voit Limonov « jouer à la guerre » à Sarajevo.

Dans ce livre, Emmanuel Carrère démontre une fois de plus  son talent hors-pair de narrateur. Et, il s’agit d’un livre fourni , brillant, très intéressant  et où aucun détail n’est laissé au hasard ! 


Je ne connaissais de l'histoire des pays de l'Est que ce que j'ai pu apprendre  sur les bancs du lycée et  en suivant par la suite l'actualité mondiale. Pas plus, pas moins. Ce livre m'a beaucoup apportée sans que je sois une férue d'histoire.

A la question, Limonov est-il une sorte de héros ou une misérable crapule ? A chacun de se faire sa propre opinion avec tous les éléments apportés...

Un grand merci au Club de Lecteurs Dialogues Croisés!

 



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...