samedi 7 août 2010

Philippe Labro - Les gens


Editeur : Gallimard - Collection Folio- Date de parution : 03/06/2010 - 414 pages sur la quête des gens...

Extrait de la quatrième de couverture :
Trois destins parallèles s'entrecroisent, trois vies dont le seul point commun est le manque d'amour : Maria, une jeune orpheline californienne d'une beauté rare, Caroline, une Parisienne trentenaire, enfin Marcus Marcus, célébrité de la télévision, mégalo et parano. Autour d'eux, vont graviter toutes sortes de gens : la femme de l'ambassadeur américain en France, une intraitable executive woman, un détective privé, une coach sans scrupule, des loups et des agneaux...

Première rencontre avec Philippe Labro avec ce livre qui nous offre trois destins, trois récits menés en parallèle.
Le personnage qui m’a touchée est Maria, cette jeune californienne de 16 ans qui a fugué de chez ses parents adoptifs. Sa beauté ne lui attire que des ennuis et elle a développé une méfiance envers les hommes. Elle enchaîne les petits boulots, aide Rose à servir la soupe populaire à Los Angeles. Toujours sur le qui vive, elle va être celle qui semble la plus sage, la plus posée malgré son jeune âge. De la Californie à Paris, elle s’adapte avec facilité et fait tout pour ne pas se faire remarquer.
Il y a Caroline qui a quitté son mari pour un producteur de cinéma célèbre. Ce dernier se débarrasse d’elle du jour au lendemain sans préavis. Après un passage à vide, elle va commencer à s’intéresser aux autres pour ceux qu’ils sont. Et enfin, Marcus Marcus, présentateur télé, nombriliste, vaniteux, arrogant et égocentrique, rien que ça ! Un être abject adoré par des millions de téléspectateurs. La lumière attire bon nombre de phalènes aussi bon de personnes gravitent autour de lui. Mais à vouloir dominer toujours plus, à ressentir le vertige du pouvoir, on se brûle les ailes…

Comment vont il se rencontrer? Il faut lire le livre pour le savoir.

Philippe Labro nous offre un grand plongeon dans un monde bobo parisien où les gens organisent des dîners où il faut être vu, où chacun donne son avis sur tout et sur rien, l’important étant d’avoir le mot de la fin ou d’avoir marqué les esprits. Jalousies, mesquineries pour des personnes avides de scoops et de nouveautés. Superficialité, argent, domination, … un grand théâtre où le must est de parler avec un maximum de mots anglais, d’être toujours tendance, in et non out et de plaire à la cour. Un ballet de personnes ambitieuses, arrivistes, m’as-tu-vu qui par moment m’a donné le tournis.

Qui sont les gens? Eux, vous, moi ? Les gens pauvres de Los Angeles, ceux à qui l'ivresse du pouvoir a tourné la tête ? Des gens petits ou célèbres, pauvres ou riches qui cherchent le bonheur et l'amour. En apartés de la vie ces trois personnages principaux, il nous parle d'autres personnes et des évènements aux quatre coins soins de la planète comme pour rééquilibrer cette notion des gens.


L’écriture est limpide, la galerie de portraits de tous les personnages que nous offre Philippe Labro est intéressante et captivante.

Une lecture belle et plaisante sur le moment mais que je vais vite oublier...

"Les gens c'était tout le monde et c'était n'importe qui".

Merci à Livraddict et aux éditions folio pour cette découverte !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...