mercredi 15 juin 2011

Martin Provost - Léger, humain, pardonnable

Éditeur : Points - Date de parution : Mai 2011 - 252 pages et un coup de cœur

Bruno vient comme chaque été passer ses vacances dans la maison familiale au Conquet. Sa mère dont il été toujours été très proche est gravement malade. Sa sœur Isabelle et ses neveux sont également présents. Bruno attend l’arrivée d’Emile, son compagnon, l’homme qui partage sa vie.


Bruno le cadet de la famille n’est âgé que de quelques mois quand son père,officer de marine, part pour la guerre d’Algérie. A son retour, il doit partager sa mère avec lui. Sa mère se montre gaie, fantasque, passant énormément de temps avec ses enfants. Elle est issue d’un milieu bourgeois parisien. Elle a du mal à s’accommoder à la vie à Brest et se refuse d’être comme les autres femmes de gradés militaires. Enfant, Bruno est déjà attiré par les garçons. Une enfance partagée entre les jeux à la plage, le quotidien à Brest avec les visites aux grands-parents à Recouvrance. Puis, la vie prend un autre tournant, les parents achètent une maison au Conquet. L'argent fait souvent défaut, la gaieté de sa mère s’est envolée, les relations entre les deux époux sont souvent tendues. Bruno ne s’amuse plus comme avant avec sa sœur et son frère. Ils s’ennuient au Conquet si loin de Brest. Vient le temps de l’adolescence et des premiers émois amoureux avec d’autres garçons. Bruno doit faire face aux regards des autres et aux drames qui surviennent. L’avortement forcé de sa sœur tombée enceinte accidentellement et les parents qui se taisent, qui veulent étouffer l'inavouable. Puis, la mort de son frère alors qu’il fêtait son bac. Une blessure sans nom, indélébile.

Ce livre est bien plus qu’un roman de famille. A travers le personnage de Bruno, Martin Provost se livre et défile la bobine de sa vie. L’enfance passée à Brest puis le déménagement au Conquet, son adolescence et la prise de conscience de son homosexualité, les souvenirs heureux et les blessures.

L’écriture de Martin Provost nous prend par la main en toute simplicité, une écriture émaillée d’humour où les détails renforcent ce récit tout en finesse. Un livre où la pudeur, la sensibilité et la sincérité sont omniprésentes.

Que dire de plus sinon que j'ai vibré tout au long de cette lecture ! L'amour pour sa mère, la relation distante avec son père, l'admiration pour son grand-père paternel, Brest et les plages environnantes.. autant d'éléments qui en font un coup de cœur !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...