dimanche 8 janvier 2012

Arnaud Dudek - Rester sage


Éditeur : Alma éditeur - Date de parution : Janvier 2012 - 118 pages comme un bonbon acidulé

La trentaine, Martin Leroy est licencié et sa petite amie le quitte. Comme il n’a plus rien à perdre, il décide de se venger de son ancien patron. Il se rend à son domicile mais il n' y a personne. Martin s’installe dans un  bar pour l’attendre. Et à l’extérieur ou à l'intérieur, la vie continue…

Oui, trois petit points de suspension car Martin, le personnage principal,  est le fil conducteur de ce roman où l’on croise tour à tour plusieurs personnages. Arnaud Dudek nous raconte leurs vies, leurs espoirs et leurs quotidiens. Autant de personnes anonymes dont les vies s’imbriquent ou se croisent. Moi qui aime observer les gens et leur inventer des vies, je me suis régalée!  Avant, Martin avait tout pour être heureux. Encore que. Une enfance pas comme les autres, élevé par une mère  à peine sortie de l’adolescence et qui finira par sombrer dans la folie. Dans ce livre, l’auteur pointe les défaillances du monde actuel. Avec ce même humour qui m’avait séduite dans les vies imperméables (son recueil de nouvelles).  Tout s’enchaîne avec limpidité, fluidité et l'on découvre les relations entre les uns et les autres. Et quand Matin retrouve par hasard un ancien ami d’enfance et qu’ils refont le monde, on de demande  à quoi tient le bonheur. Beaucoup de finesse pour faire passer les émotions et ce roman a le goût d’un bonbon acidulé. Doux, piquant et tendre. Quelques pages supplémentaires auraient été les bienvenues. J’en redemande et vivement un second roman ! 

On le sait, L’Escalator souffre d’un déficit d’image dans le cinéma comme dans en littérature. Au rayon ressorts narratifs, les artistes lui préfèrent l’escalier, ou bien l’échelle. Assez rare qu’un personnage de roman franchisse une étape importante de sa vie sur un Escalator. Roméo ne déclare pas sa flamme à Juliette depuis un escalier mécanique.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...