lundi 23 janvier 2012

Michèle Lajoux - Le crime de la renarde


Éditeur : le Cherche Midi - Date de parution : Janvier 2012 - 144 pages bouleversantes...

Cendrine est emprisonnée pour une peine de vint-cinq ans. Agée de vingt-trois ans, elle a tué son petit garçon Théo.

Infanticide,  si ce mot donne la chair de poule, ce roman très bien mené évite beaucoup d’écueils. "L'horrible"  et la  sensation de voyeurisme sont écartés. Il s’agit de Cendrine qui raconte ou plutôt qui écrit son histoire. Trois parties et trois cahiers qu’elle remplit pour comprendre et admettre la vérité. Aussi odieuse soit-elle. Oui, elle a bien tué son bébé Théo. A travers ses écrits, des actes subis et refoulés voient enfin le jour. Jeune femme fragilisée, ballotée par la vie et abusée, elle a nourri une haine envers les hommes.

Sur un thème de fond dur, l’auteure réussi à décliner la palette des émotions que ressent Cendrine. J’ai refermé ce livre bouleversée et troublée avec un nœud d'émotions dans la gorge. Sans ressentir de la compassion pour Cendrine, elle m’a cependant touchée par le travail effectuée sur elle -même. Elle ne se cherche pas des excuses, non, elle raconte avec ses mots sa vie, la prison et son amour pour Théo qui s’est mué. Même si  le sujet est dérangeant, j’ai aimé ce livre. L’écriture de Michèle Lajoux marie sensibilité, onirisme et j’y ai inséré beaucoup de marque-pages !

Mon rêve le plus important était tout bête. Je voulais me sentir vivante. Quand je dis vivante, cela signifie sentir vraiment les choses, être complètement dedans et pas sur le bord. Comme au théâtre, il ya les spectateurs et les acteurs. On peut se dire que c’est la même pièce, donc que tout le monde participe au même spectacle, en fait il y a deux mondes, ceux qui font la vie sur scène et ceux qui les regardent. Vivre complètement, c’est être sur la scène, parler, marcher, faire des gestes, sinon, on vit dans l’incomplétude.

Je ne me suis pas souvent sentie vivante. J’ai toujours été dans l’incomplétude.

Le site de l'auteure ici

18 commentaires:

keisha a dit…

Une main (presque) anonyme (!) me l'a envoyé, mais j'ai d'autres livres avant à lire. Bon, ça s'annonce fort!

Rébecca a dit…

Sujet délicat mais j'aime que tu dises avoir été touchée sans pour autant ressentir de compassion pour Cendrine. Ca me donne envie de lire ce livre.

à bientôt

Anne a dit…

Je l note. Décidément, Clara, je me demande pourquoi je viens toujours te lire, ma PAL et mes envies grossissent à vue d'oeil avec toi... Je kiffe ton blog :)

Aifelle a dit…

Pas pour moi cette lecture-là.

Anne Sophie a dit…

ce sujet me semble un peu trop dérangeant quand même...

Christine a dit…

Effectivement il me semble que ce doit être une bouleversante lecture, mais je ne suis pas trop tentée

Clara a dit…

@ Keisha : attentions aux mains anonymes..:)!

@ Rébecca : justement , ce livre est très bien mené et ne cherche pas à provoquer de la compensation che zle lecteur pour Cendrine. Par contre, il amène à des pistes du pourquoi de l'acte.

@ Anne : ohoh, mon blog est tout rouge... :)!

@ Aifelle : je peux comprendre que le thème fasse peur et il s'agit d'une une lecture forte émotionnellement!

@ Anne Sophie : j'ai tput simplement écouté Cendrine...

@ Christine : bouleversante oui mais il y a aussi la reconstruction de cette jeune femme !

@

keisha a dit…

je réponds ici à ton mail car mon nouvel ordi (qui n'est pas un portable) a une incompatibilité avec Yahoo (ça plante 9 fois sur 10) avec les videos (ça plante quand je vais chez aifelle, par exemple, mais pas tout le temps), et ne me permet pas de visionner un DVD. Résultat : je vais aller voir mon vendeur!
Pour répondre à ta question, oui, la même main a envoyé la même chose...^_^

Asphodèle a dit…

@ Keisha : attention aux mains baladeuses...à force ! :)
Malgré les pincettes que tu prends pour en parler et, visiblement, le ton le plus juste qu'a pu prendre l'auteur pour parler d'un tel sujet, ça ne me tente pas du tout ! Les meilleures justifications (aussi étayées fussent-elles) d'un tel acte ne justifient pas la mort d'un innocent, maintenant c'est viscéral chez moi, donc je ne condamne pas sans avoir lu mais je ne pourrai pas la lire ! Sorry...

antigone a dit…

Bouh, je préfère passer... je risque de trop penser à mon fils, mais tu as failli me faire changer d'avis.

gambadou a dit…

Mmmm, ce livre me tente, même si le sujet est grave, si ça n'est pas voyeuriste ....

Violaine a dit…

Ça doit être une lecture éprouvante mais j'avoue que ça m'intrigue et que j'aimerais bien voir ce que ça donne.

Lus a dit…

lecture forte mais qui pourrait m'intéresser, ne serait-ce que par le récit.
et parce que tu en parles

keisha a dit…

Je l'ai commencé! Je suis aussi une warrior... Mais je vais le lire d'un oeil critique, car il faut que ça tienne la route...

Nadael a dit…

Le sujet semble bien dur...pas trop envie de lire ce genre de choses en ce moment.

Clara a dit…

@ Keisha : les joies de l technologie:)!

@ Asphodèle : je ne défends nullement Cendrine. Ce livre et avant tout son histoire et j'ai été touchée...

@ Antigone : il s'agit d'une lecture forte !

@ Gambadou : c'est la force de ce livre, il n'y a pas de voyeurisme mais une progression dans le travail qu'elle effectue sur elle-m^me via l'écriture.

@ Violaine : on très loin du distrayant !

@ Lus : oui, il faut tenter !

@ Keisha : qui n' a peur de rien:)!

@ Nadael : il faut le bon moment , c'est certain!

Alex Mot-à-Mots a dit…

Ce roman m'a l'air d'apporter un autre regard sur cet acte, un regard moins passionné.

Clara a dit…

@ Alex : oui, tout à fait !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...