mercredi 10 mars 2010

Brian Evenson - Père des mensonges



Le doyen Fochs, un homme respectable et respecté, souffre depuis peu de troubles du sommeil. Il parle d’une voix au timbre étrange, profère des paroles obscènes. Lorsqu’il vient à porter la main sur sa femme durant ses nuits agitées, elle lui demande d’aller consulter un psychothérapeute Feshtig. Durant les consultations, Fochs parle de ses rêves très étranges : une attirance pour les jeunes garçons, des actes de pédophilie. Il évoque également la scène de meurtre d’une jeune fille. Feshtig va faire le lien avec un crime commis récemment dans la communauté. Sauf que l’innocence de Fochs ne fait aucun doute pour ses supérieurs de la Corporation du Sang de l'Agneau (les Sanguistes). Une secte religieuse, très conservatrice où les membres de la communauté ont une confiance absolue dans ses représentants. Quand Feshtig va alerter les autorités religieuses, il se retrouve discrédité.

Et, je me suis retrouvée embarquée dans un livre que je n’ai pas pu lâché, habilement construite et sans aucun temps mort !

Les premières pages débutent par des correspondances entre Feshtig, son directeur et le patriarche Blanchard .D’emblée, on comprend que le cas de Fochs dérange les autorités religieuses et que chacun exige du psy un silence total.

Puis, le lecteur se retrouve dans la peau Feshtig qui pose des questions à Fochs sur ses rêves, écoute ses réponses, les analyses ainsi que son comportement. Au fur et à mesure des séances, le doute est remplacé par la conviction : ces cauchemars correspondent à des actes commis par Fochs. L’analyse psychologique est très approfondie d’où une écriture très synthétique.

Sans laisser souffler le lecteur, le narrateur devient Fochs. Et là c’est terrifiant ! Fochs se révèle être un grand manipulateur, un esprit machiavélique, pervers qui se croit investi du pouvoir de Dieu . Sa peur d’être découvert s’amenuise au fil des pages. On est écœuré de voir que Fochs use de sa position pour commettre ses actes de pédophilie sur des jeunes. Malgré les accusations, il a le soutien de ses supérieurs et sa schizophrénie s’en trouve renforcée. Entre délires et rêves hallucinatoires, il se croit missionné par Jésus lui-même.

On est dérangé face à cet homme malade, fou, calculateur et sans aucun scrupule : viols, inceste, meurtre… La position de ses supérieurs qui est d’étouffer à tout prix la vérité et d’éviter le scandale donne la nausée !

La fin « coup de poing » dénonce toute l’impunité d’un système.

Je remercie Solène des Editions Cherche-Midi, pour ce livre choc et percutant. Brian Evenson évite les écueils du glauque ou du voyeurisme. Son sens de l'analyse est tout simplement remarquable.

A lire absolument !

D’autres avis : Leiloona, Canel, Pimprenelle, Stephie
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...