jeudi 3 avril 2014

Angélique Villeneuve - Les Fleurs d'hiver

Éditeur : Phébus - Date de parution : Avril 2013 - 150 pages et un coup de cœur absolu  ! 

Octobre 1918. Jeanne ouvrière fleuriste se débrouille seule avec sa fille Léonie entre les privations, le manque de nourriture, les heures à assembler les fleurs pour gagner un maigre salaire. Elle pense souvent à Toussant son mari parti au front en 1914, à l'injustice qu'elle avait ressentie. Toussaint blessé en 1916 qui hospitalisé au Val-de-Grâce lui enverra par courrier régulièrement quelques mots sur sa santé et un "je veux que tu viennes pas". Blessée dans son âme par le refus de son époux de la voir, elle attend et brave les angoisses. Et ce soir d'octobre 1918, Toussaint est là sur le palier de la porte d'entrée de l'appartement.

Si Jeanne a envie de prévenir sa voisine Sidonie dont le seul fils âgée de dix-sept s'est engagé au moment de la déclaration de guerre, elle se ravise. Jeanne découvre un autre Toussaint qui porte un bandeau blanc sur une partie de son visage et qui est tranché dans son silence. Toussaint est une Gueule cassée à la chair mutilée. Au fil des jours, elle essaie de deviner ce que cache la bande de tissu, n'ose pas demander à Toussaint s'il ira bientôt chercher du travail. Dans ses lettres, elle avait enjolivé le quotidien se taisant sur la pénurie de charbon, sur Léonie qui avait été malade, sur les soupes claires en guise de seuls repas. Jeanne doit réapprivoiser Toussaint alors que Sidonie apprend que son Fils Eugène est mort. Dans l'appartement minuscule, Jeanne et Léonie réapprennent à vivre la présence de Toussaint si longtemps absent. Grâce à la force de l'amour qu'elle porte à son mari, Jeanne va aider Toussaint à s'accepter et à ce que leur couple reprenne le chemin du langage des corps qui se touchent, des peaux qui se caressent.

Avec une écriture sublime, dense, sensuelle, sensible et toute en pudeur, Angélique Villeneuve en donnant la parole à Jeanne offre un hymne au courage de ces femmes. La beauté éclatante des fleurs, leurs couleurs contrebalancent la misère du quotidien.
Un coup de cœur absolu et entier, un livre hérisson (car Angélique Villeneuve déploie dans son écriture la quintessence des mots) lu avec des frissons d'émotion ! 

Il n'a tué ni sauvé personne, son mari, il est encore couvert de boue, de poux, de froid, de  bruit, de colique et de peur. La guerre a creusé et creuse encore en lui. Il est un creux immense, et Jeanne ignore s'il est possible de l'emplir. Si à eux deux ils en seront capables. Elle pense au grand gâchis des hommes.

 Les billets d'Aifelle, Cathulu, Gwen

 Lu de cette auteure : Grand Paradis - Un territoire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...