mercredi 30 avril 2014

Edward St Aubyn - Sans voix

Éditeur : Christian Bourgois - Traduit de l'anglais par Jacqueline Odin - Date de parution : Avril 2014 - 248 pages ironiques et drôles !

Chaque année, un comité remet le prix Elysan à un roman. Sauf que chacun des membres a des objectifs différents mais surtout une conception de la littérature très arrêtée. Dans les romans devant être faire partie de  la présélection, celui d'une auteure connue a été remplacé  par un livre retraçant les recettes de cuisine sur plusieurs siècles en Inde. Sans compter que chacun des membres veut imposer un livre différent.

Les discussions du comité sont électriques, chacun défendant son roman et n'hésitant pas à balancer de remarques bien plus qu'ironiques à celui qui n'ait pas de son avis. Son président cherche à créer des alliances autour d'un seul roman en utilisant la flatterie ou son rôle suprême de président qui a forcément raison. Sauf que certains des membres ne se laissent pas amadouer si facilement. Les auteurs se plaignent ou  se réjouissent trop vite à l'avance. Ajoutez-y qu'Edward St Aubyn nous fait part des extraits des romans et on rigole franchement ou cruellement !

Caustique à souhait sans jamais tomber dans le grotesque, ce livre difficile à résumer pointe les enjeux et les dessous de ce prix littéraire où les intérêts personnels prennent le pas sur la littérature.
Férocement drôle, je ne ne pouvais qu'aimer et me régaler !

Avant que les inévitables contre-courants des bonnes nouvelles inattendues et des occasions forgeant le caractère compromettent l'avenir, le pessimisme demeurait parfait, hors d'atteinte de cette qualité beaucoup plus insidieuse et dangereuse, la déception. Le promesse de jeunes écrivains était parfaite aussi, avant qu'ils n'échouent, s'épuisent ou  ne meurent - mais cela se produirait sous un autre gouvernement et un autre comité.

Le billet de Cuné

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...