lundi 7 avril 2014

Edward Kelsey Moore - Les suprêmes

Editeur : Actes Sud - Traduit de l'américain par Cloé Trali avec la collaboration d'Emmanuelle et de Philippe Aronson - Date de parution : Avril 2014 - 316 pages qui font du bien  ! 

Nées dans les années 1950 dans l'Indiana où elle vivent toujours, Odette, Clarice et Barbara Jean sont des amies inséparables depuis plus de cinquante ans. Tous les dimanches après la messe, ces quinquagénaires afro-américaines déjeunent ensemble chez Big Earl là où elles allaient adolescentes. Et c'est depuis cette époque qu'elles sont appelées Les Suprêmes en référence au célèbre groupe des seventies.

Odette, Clarice et Barbara Jean sont différentes mais complices et soudées. Si elles ont partagé ensemble les bonheurs, elles se sont sont toujours soutenues dans les moments durs de l'existence et continent de le faire. Une fois ouvert ce roman, difficile de le reposer tant il se dégage une gaité, une énergie communicative. Odette au tempérament fort et intrépide est mariée au discret James, Clarine a renoncé à une carrière prometteuse de pianiste pour son mari Richmond coureur de jupons. Barbara Jean à l'enfance difficile et dont la beauté n'a pas pris une ride vit confortablement grâce à la fortune de son mari beaucoup plus âgé qu'elle.
Entre le présent qui réserve des surprise au fil des pages, on découvre le passé de trois femmes confrontées à l'Histoire ( la ségrégation), au poids culturel et familial, et aux aléas de la vie mais avant tout ce sont des femmes avec des qualités et des défauts qui assument leurs choix. Je n'en dirai pas plus !

Entre sourires et empathie, avec une vivacité dans le rythme et les dialogues, ce roman pétillant sur l'amitié et la résilience m'a fait passer un très bon moment !  Une lecture qui fait énormément de bien et  dont il serait dommage de se priver...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...