lundi 20 mai 2013

Peter Cameron - Coral Glynn


Éditeur : Rivages - Traduit de l'anglais( Etats-Unis) par Bruno Boudard - Date de parution : 2012 - 284 pages magnifiques tout en subtilité !

Fin des années 1940, Coral Glynn infirmière est engagée depuis deux mois pour s’occuper de Mme Hart une femme âgée et très malade. Coral n’est guère appréciée par Mme Mrs Prence la gouvernante qui régente la vie au manoir isolé dans la campagne anglaise. Le major Clement le fils unique de Mme Hart est plus âgé qu’elle. Blessé à la guerre, il porte des stigmates profondes à la jambe qui l’handicape. Malgré la gentillesse du major Clement, Coral ne sent guère à l’aise au manoir, elle profite de son temps libre pour se promener dans la campagne avoisinante. Mais durant l’une de ses sorties, Mme Hart décède. A sa grande surprise, le major Clement propose de l’épouser. Ils se connaissent à peine et sont issus de deux milieux différents. Troublée, Coral se réfugie dans la campagne où elle est témoin d’un jeu entre deux enfants. Orpheline et sans famille, timide et d’un caractère effacé, elle accepte d’épouser Clement alors qu’elle n’éprouve que de l’amitié pour lui. Elle n’a pas réfléchi à ce que cette union représente ni aux engagements et aux conséquences qu’elle implique. Clement semble amoureux mais épouser Coral représente une échappatoire à la solitude auquel il est destiné. En fait, il est convaincu du fait de ses de ses blessures qu'aucune femme ne l’épouserait. Son ami de longue date Robin marié et amoureux de Clement montre une certaine jalousie. Une fillette est retrouvée pendue là où Coral se promenait et la police mène une enquête. Précipitamment, Coral décide d'avancer le mariage en taisant ce qu'elle a vu. Ni en disant à son futur époux en quels termes elle a quitté son ancien employeur. Le jour même du mariage, la police veut interroger à nouveau Coral qui a menti une première fois en affirmant n'avoir rien aperçu dans la campagne. Elle est est suspectée d'être la meurtrière. Clement lui dit de s'enfuir à Londres. 

Je n'en dirai pas plus sur l'histoire ! Une histoire d'amour sans amour pourrait-on dire. Clement cherche un réconfort pour son avenir et Coral a voulu d'une certaine façon aider le major. On pourrait croire que Coral est sotte, il n'en est rien. Il s'agit d'une jeune femme un peu perdue sans amie,  sans personne pour l'épauler . Sa relation avec Clement est une suite de maladresse, de malentendus mais surtout de non-dits. Elle agit en croyant bien faire. Sa métamorphose aura lieu à Londres où elle gagnera en confiance en elle et arrivera à opérer des choix selon sa volonté.

A partir de de situations, d'un "oh " de surprise échappé, d'un corps qui se raidit brusquement , Peter Cameron décrit avec une ironie cruelle mais touchante le portait d'une époque et de ses tabous. Une formidable étude de moeurs sur l'Angleterre et ses classe sociales,  leurs carcans et sur l'homosexualité. 
Dès premières pages, il se dégage une ambiance qui m' a ferrée. Tout en suggestions et en subtilité, l'auteur nous amène aux bords du gouffre qui n' a fait que se creuser entre Clement et Coral. Un gouffre que tout sépare. 

Avant que nous me désigniez d'un doigt coupable de tentatrice ( ou que vous juriez entre vos dents vade retro satanas), je tiens à préciser pour ma légitime défense que je suis innocente. Oui, car sans le billet alléchant d'In Cold Blog, je serais passée à côté de ce livre qui est un réel bonheur de lecture de la première à la dernière page !

Chaque individu était comme une pièce de monnaie, à deux faces, ou un dé, à six.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...