mercredi 9 novembre 2011

En salle, s'il vous plaît !

Il y a un peu de plus de quinze jours, j’ai été voir :


The artist de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin et Bérénice Béjo.
Synopsis : Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L'arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l'oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l'histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l'orgueil et l'argent peuvent être autant d'obstacles à leur histoire d'amour. 

Film choisi par Monsieur qui ne m’intéressait pas plus que ça au départ. Jean Dujardin  n’est pas un acteur dont je raffole, aussi  j’y suis allée un peu en traînant les pieds. Et, la magie de regarder un film muet  a opéré sur moi et les autres spectateurs. Une salle bondée et pas un seul bruit ! Pas de raclement de gorge ou de chuchotement étouffés. Ce film muet une prouesse car il réussit un pari extraordinaire. Celui d’enchanter les spectateurs  avec une bande son musicale qui souligne le jeu des acteurs  ! 

Et ce week-end, j’ai été voir La couleur des sentiments, le film de Tate Taylor avec Emma Stone, Jessica Chastain et Viola Davis. Le film  adapté du livre...

Synopsis : dans la petite ville de Jackson, Mississippi, durant les années 60, trois femmes que tout devait opposer vont nouer une incroyable amitié. Elles sont liées par un projet secret qui les met toutes en danger, l’écriture d’un livre qui remet en cause les conventions sociales les plus sensibles de leur époque. De cette alliance improbable va naître une solidarité extraordinaire. À travers leur engagement, chacune va trouver le courage de bouleverser l’ordre établi, et d’affronter tous les habitants de la ville qui refusent le vent du changement...

Ce roman La couleur des sentiments de Kathryn Stockett avait été pour moi un gros coup de cœur ! J’avais été captivée, j’avais pleuré  entre espoir et sourire. Donc, je suis allée au  ciné pensant être armée (ou blindée) en me  disant : «  j’ai déjà pleuré à la lecture, cette fois, je sais ce qui va se passer donc pas besoin de préparer mon mouchoir ». J’ai eu tout faux ! Déjà, je n’ai pas vu les 2h20 passer mais surtout, j’ai eu le goût du sel sur le revers de ma main. Évidemment, on ne retrouve pas l’intégralité du livre mais l’adaptation est très, très réussie ! Un bon et beau moment de cinéma !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...