lundi 15 février 2010

Véronique Bizot - Les sangliers



Un livre à double effet comme certains bonbons. Il y a d’abord la surprise et l’étonnement. On se demande dans quel monde ces sept nouvelles se déroulent. Dans le premier texte, un embryon sélectionne ses futurs parents potentiels. Dans un autre, le personnage prépare et orchestre son suicide. Les frontières entre l’invraisemblable, le possible n’existent plus… et le mélange des genres interpelle ! C’est drôlement bien écrit, alors j’ai mordu à l’hameçon et je me suis laissée tout simplement piéger.

4 commentaires:

Leiloona a dit…

Ouh là, ça a l'air un peu "barré", non ? :-o

Pimprenelle a dit…

Oui, ça a l'air assez original, mais malheureusement, quand je vois "nouvelle", j'ai tendance à ne pas être tentée...

zarline a dit…

Je ne suis généralement pas très nouvelles mais là, tu m'intrigues.

Clara C. a dit…

@ Leiloona: ça interpelle, et ça ne laisse pas indifférent. Toutes les nouvelles ne sont pas portées sur le fantastiques.

@ Pimprenelle : moi c'est l'inverse, j'accours !

@ Zarline : c'est un genre de nouvelles à tester... j'ai bien aimé son style.
Une expérience que je à reconduirais avec un autre de ses livres.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...