lundi 13 septembre 2010

Claudie Gallay - L'amour est une île

Editeur : ACTES SUD - Date de parution : 15/08/2010 - 351 pages

Difficile de parler d’un livre de Claudie Gallay sans que les déferlantes reviennent à l’esprit. Pourtant, exit La Hague, les embruns et son ambiance. Changement de décor et d’ambiance, l’action de l’amour est une île se situe à Avignon plus précisément lors du festival de l’année 2003 alors que les intermittents du spectacle font grève. Odon,metteur en scène, produit la pièce d’un auteur inconnu Paul Selliès mort dans un accident cinq ans plus tôt.
Mathilde dite la Jogar, comédienne de renom est de retour. Mathilde est l’ancien amour d’Odon, la femme pour laquelle il a brisé sa vie de famille. Elle est devenue célèbre grâce à l’écriture de sa propre pièce. Mais cet été là, Marie vient à Avignon. Jeune fille tourmentée, écorchée vive depuis la mort de son frère Paul Selliès.
Au fil des pages, les masques seront mis de côté, les blessures vont réapparaitre, une pièce dont le dénouement tombe comme un rideau de théâtre à la dernière page.


Nul doute que ce livre est de Claudie Gallay ! On retrouve son écriture ciselée, des phrases courtes. Pas de fioriture. Les mots sonnent, claquent, interpellent et instaurent d’eux même une ambiance. La signature de de Claudie Gallay est là dans ce style que j’aime. Malgré l’écriture, je me suis sentie mal à l’aise pendant la lecture de la première partie de ce livre. Des difficultés à accrocher à l’histoire où le théâtre est omniprésent. L’impression de ne pas trouver mes marques et puis il y a eu le déclic. Enfin, j’ai glissé dans l’histoire et je l’ai appréciée.

Dans ce livre, l’amour est décliné : blessures béantes, charnel ou amour du théâtre. Car tout ce roman gravite autour de la comédie et du jeu. Il y a Marie qui m’a touchée. Elle dont la douleur s’exprime par la mutilation de son corps. Le personnage de la Jogar est le corps qui devient instrument pour raconter une histoire, déclamer des mots et leur donner toute leur puissance.

Contrairement aux déferlantes, ce n’est pas un coup de coeur…

Les billets de Leiloona, Canel,Violaine ( Art Souilleurs),

Ce livre partira en voyage (encore un !) à partir de jeudi. Car mercredi Claudie Gallay sera chez Dialogues
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...