jeudi 9 septembre 2010

Maryse Condé - En attendant la montée des eaux

Editeur : JC Lattès - Date de parution : 25/08/2010 - 364 pages

Babakar est médecin en Guadeloupe. Une nuit, Movar vient le chercher pour un accouchement. La mère, Reinette est décédée et Movar n’est pas le père de l’enfant. Babakar y voit un signe du destin et décide de s’occuper de l’enfant comme de sa propre fille. Movar a promis à Reinette qu’un jour son enfant verra Haïti.

Voici un livre qui parle non pas de l’Afrique mais de toutes les Afrique, de Guadeloupe et d’Haïti. Ce roman polyphonique nous fait remonter les ascendances de Babakar et d’autres personnages du livre. On découvre les haines, les rivalités qui existent entre les différents peuples. Qu’on ne s’y méprenne pas ! Noir de peau ne veut pas dire frère. Entre traditions, rites vaudous et malédictions,  Maryse Condé nous offre une vision politique de l’Afrique et d’Haïti.
Babakar, le médecin souvent décrié à cause de ses origines Maliennes, s’occupe d’Anaïs, la fille de Reinette, avec Modar. Ces deux pères de cœur vont voyager jusqu’à Haïti malgré la guerre civile et les tensions politiques.

C’est un roman dense qu’il faut prendre le temps de lire car les personnages sont nombreux, roman qui nous fait suivre leur destin.
L’écriture est limpide et possède ce phrasé que j'affectionne,  les personnages sont décrits en profondeur. Mon bémol : j'ai trouvé qu'il y a beaucoup de thèmes abordés ce qui m'a par moment déroutée...

 La misère n’est pas douce. Lan mizè pa dou, ho.C’est ce que dit une chanson de chez nous et crois-moi, c’est la vérité ! Depuis que je suis tout petit, je me lève et je me couche avec elle. C’est ma compagne la plus fidèle, elle ne m’a jamais laissé en paix un seul jour.

Les avis de Mirontaine, Stephie et Schlabaya.

Avec ce livre, je termine non pas le 1% mais le 2% du challenge de Schlabaya.
Je remercie les éditions JC Lattès pour ce livre.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...