vendredi 10 septembre 2010

Emilie de Turckheim - Le joli mois de mai

Editeur : H. D'ORMESSON - Date de parution : 19/08/2010 - 125 pages

Monsieur Louis propriétaire d'un domaine de chasse vient de mourir. Par testament, il lègue son domaine et ses biens à cinq chasseurs choisis au hasard. Aimé, son fidèle valet de chambre, un peu simplet, accueille et s'occupe des futurs héritiers avant la venue du notaire. Un inspecteur à la retraite, un tenancier d’un bordel, un couple de parvenus, un militaire sont donc présents attendant avec impatience de se partager le gâteau…


Le narrateur est Aimé. Point de grandes diatribes mais un langage qui donne à sourire par quelques expressions croustillantes. Sauf qu’à la moitié du livre, cette narration m’a lassée.
Dès le début du livre, j’ai pressenti une histoire de vengeance… je n’en dirai pas plus. Au fil des pages, chacun des personnages va révéler un peu de son passé et les pièces du puzzle se mettent (trop rapidement) en place.

Je m’attendais à une intrigue un peu plus élaborée et à des personnalités plus étoffées. Seul Aimé a réussi à me convaincre.

Un avis mi-figue mi-raisin pour ce livre.

Je remercie Sandrine(SD49)  pour ce livre voyageur, vous pouvez également lire l’avis de Choco , de L'escale  littéraire et bientôt d’autres billets chez l’ami BOB.

Patronyme ça vaut dire nom. C’est un mot compliqué qui remplace un mot normal que tout le monde connait. Il y a des gens qui parlent exprès avec des mots compliqués alors qu’ils connaissent les mots normals correspondants. Les mots compliqués, c’est pas des gros mots mais ça vous injurie pire que des connards ou des salauds ou tous les noms d’oiseaux.

NB : Oui, le pluriel de normal est normaux mais c’est dans le texte…
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...