jeudi 2 septembre 2010

Giani Stuparich - L'île

Editeur : Verdier poche - Date de parution : 11/05/2006 - 89 pages magnifiques...

Entre ciel et mer, un père malade et son fils s'interrogent à mots couverts sur la naissance et la mort, avec la pudeur de l'amour. Le fils adulte est parti depuis longtemps pour la montagne, il revient accompagner son père malade sur son île natale au large de l’Istrie.

Ce livre fait partie de ces textes puissants qui vous coupent le souffle par la magnificence des mots et de l’écriture. Des mots choisis avec précision portés par une écriture épurée où chaque mot se dévoile majestueusement.
Les souvenirs, la dignité du père, les interrogations de ces deux personnes sur la vie et la mort sont tout simplement beaux et justes.
L’amour d’un père, celui du fils sont décrits tout en pudeur, de cette pudeur qui renforce la beauté des sentiments.

Certains diront que 89 pages c’est court. Eh bien non, nul besoin d'en rajouter quand tout est dit avec les mots justes qui vous balaient et vous foudroient d’émotions.

Après Erri de Lucca et Alessandro Barrico, je voulais découvrir d’autres écritures toujours dans la littérature Italienne. Mon vœu a été exaucé par Julien de chez Dialogues. Et comme dit Dominique du blog A sauts et à gambades :  faites lui une place dans votre bibliothèque…

Impossible pour moi de vous mettre un  extrait, je vous citerai le livre en entier...

12 commentaires:

Reka a dit…

Eh bien ! Voilà qui donne faim!

mirontaine a dit…

Parfait pour mon challenge de littérature italienne, même si je mets un petit bémol sur le thème de la maladie. ;)

Dominique a dit…

On est toujours heureux quand on se sent faire partie de la même famille littéraire, j'aime lire des billets sur les livres que j'ai aimé, je me sens en amitié immédiatement
Ce livre que j'ai lu grâce à Claude j'avais très envie de le faire connaitre tellement mon émotion était grande

lasardine a dit…

aïe aïe aïe!! tentatrice!

Kathel a dit…

Ah, oui, je l'ai noté chez Dominique en même temps que Noir toscan, que je fais toujours voyager, d'ailleurs ! ;-) (avis aux amateurs)

Gwenaelle a dit…

Hum... c'est tentant ça, de se replonger dans l'"italianité"...

Clara a dit…

@ Reka : un texte magnifique!

@ Mirontaine : la maladie y est relatée avec beaucoup de pudeur.

@ Dominique: je crois que nous sommes d'accord sur bien des livres ... j'ai été sur ton blog que je me ssui empressée d'ajouter à mon GR.

@ Lasardine: qui moi? non!!!!

@ Kathel : ah, je peux m'inscrire pour Noir Toscan ?

Clara a dit…

@ Gwen : je te l'amène jeudi ?

Vero a dit…

Je l'avais noté chez A sauts et à gambades, je surligne ET souligne alors!

Clara a dit…

@ Véro : note, surligne et souligne.. tu as raison!

liliba a dit…

Chère Clara, je viens pour me plaindre. A chaque visite sur ton blog, je ressors totalement frustrée de n'avoir pas là, tout de suite, maintenant les livres dont tu nous parles. Et à chaque livre dont tu nous parles, ça me fait le même effet... C'est trop dur, tu comprends ?

;-) continues à nous régaler !!! tu es une dangereuse agrandisseuse de LAL mais c'est un bonheur de te lire !

Clara a dit…

@ Liliba : le bureau des plaintes est fermé durant le week-end!