mercredi 13 octobre 2010

Blandine Le Callet - La Ballade de Lila K

Editeur : STOCK - Date de parution : 09/2010 - 394 pages


Avec la ballade de Lila K, on est loin d’une pièce montée ! Mais ce nouveau roman que j’attendais tant de Blandine le Callet a été un véritable plaisir de lecture ! Pourtant, les mondes futuristes sont loin d’être ma tasse de thé…
Nous sommes aux alentours des années 2100 dans une ville où la technologie régit la vie des hommes.  Lila vit dans un Centre depuis sa plus jeune enfance.  Un centre qui ressemble  plus à une prison qu’à autre chose. Lila, traumatisée se soumet aux lois du centre et se révèle surdouée. Elle veut retrouver sa mère dont elle n’a aucun souvenir  et comprendre pourquoi on l’a séparée d’elle. En grandissant et à l’aide son premier maître  Monsieur Kaufman, Lila va apprendre ce qui se passe en dehors de ces murs. Un  apprentissage qui ne se fera pas sans heurt mais  qui va lui permettre  découvrir un autre monde.  
Le Centre a pris en charge Lila très jeune et veille à sa santé physique et psychique.  Vu sous cet aspect, tout est normal. Mais le Centre est « un monde insensé aux règles implacables » et Lila va devoir se plier aux instructions, aux codes. Surveillée en permanence, elle a des phobies  comme la celle des contacts physiques. Bien que fragile, Lila possède un humour caustique, un esprit intelligent et vif. En grandissant, et grâce à Monsieur Kaufman, une sorte de professeur particulier, elle va se rendre compte que ce qu’elle sait du Centre et du monde n’est qu’un « formatage ».    Sa détermination à retrouver ses souvenirs d’enfance et sa mère sont admirables. Elle va braver l’interdit, flirter avec l’illégalité et retrouver au fur et à mesure des fragments précieux de son enfance. Lila est vraiment  touchante ! Grâce aux livres qui sont interdits (l’horreur absolue !)  car soi disant dangereux par leur toxicité, Lila va gagner petit à petit confiance en elle. 
Alors oui, j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre Lila. On passe de l’étonnement en découvrant cette ville aux chimères, aux chats arc en ciel, à une réflexion plus profonde sur celle de la censure, de citoyens qu’on veut  modèles et où une normalité prévaut.
L’écriture de Blandine Le Callet est toujours aussi vive et agréable…et je n’ai pas vu les pages défiler ! Un très  bon livre que j'ai dévoré !
Les avis de Sandrine(SD49) , de Sophielit et de Keisha
Mon arbre généalogique ne ressemble pas à grand-chose, il faut bien le reconnaître. Deux rameaux coupés courts. Le destin a eu la main lourde, côté sécateur.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...