vendredi 29 octobre 2010

Susan Fletcher - Un bûcher sous la neige

Editeur : PLON - Date de parution : 26/08/2010 - 400 pages sublimes...

Ecosse fin du XVIIe siècle. Corrag une très jeune  femme d’origine anglaise est emprisonnée. Accusée de sorcellerie, elle est condamnée à être brûlée dès l’arrivée du printemps. Le Révérend Charles Leslie venu d'Irlande est à la recherche d’informations sur le massacre de Glencoe. Un massacre perpétré par l’armée du Roi Guillaume dit l’Orange. Alors que le Roi Jacques s’est exilé en France,  le pays est en proie à l’affrontement entre les partisans de chaque Roi.  Charles Leslie, bien que réticent, va écouter  le récit de Corrag qui a été témoin du massacre.
Quel livre ! Dire que j’ai aimé serait faux…. J’ai adoré, j’ai vibré à chaque page, j’ai bu chaque mot  !
Car Corrag avant de raconter le massacre du Clan Mac Donald va expliquer comment elle est parvenue en  Ecosse.  Son enfance auprès d’une mère elle-même accusée de sorcellerie. Sous le mot sorcellerie, les hommes y ont mis l’utilisation et l’usage de plantes pour soigner et guérir  des maux. Une mère qui lui a transmis l’amour et le respect de la nature. Charles Leslie, campant sur ses positions d’homme d’église l’écoute, l’œil et le jugement sévères. Le soir, il écrit à sa femme lui relatant les dires de Corrag. Chaque jour, il revient la voir, les barrières et les œillères morales s’amenuisent. Lui qui prêche Dieu, l’Amour reviendra sur se positions vis-à-vis de Corrag.
A 16 ans, sa mère ordonne à Corrag de partir. Avec sa jument, elle va fuir, se cacher des hommes pendant son voyage et vivre de ce que la nature lui offre.  Corrag est un petit bout de femme qui veut vivre à tout prix ! Outre son voyage, elle raconte l’attitude des gens à son égard et les mos qui font mal : sorcière, gueuse et parfois pire. Arrivée en Ecosse, le clan MacDonald sous  ses apparences brutales va l’accepter. Tout le livre alterne subtilement entre  le récit de Corag et les lettres de Charles Leslie à sa femme. Les barrières et les œillères morales s’amenuisent.  On suit ses réflexions, l’acheminement de sa pensée qui l’amèneront  à comprendre Corrag.
Les descriptions sont magnifiques, la plume de Susan Fletcher nous donne l’impression d’être aux côtés de Corrag et d’admirer, d’apprécier la nature. L’écriture est belle ( et le mot est faible !), la poésie perle dans les mots de Corrag mais surtout l’amour et l’humilité.
On est révolté, on a peur pour Corrag  car on ne peut que s'y attacher.L'analyse du comportement de Charles Leslie, son raisonnement sont remarquables.
J’ai eu la gorge serrée tout au long de cette lecture ! Un énorme coup de cœur pour ce roman sublime !
Merci à Liliba pour ce livre voyageur, d’autres billets pour vous mettre l’eau à la bouche : Kathel, Lili Galipette, Cathulu, George, Marie, Sandrine (SD49)

Quand même j'ai un réconfort. Il est petit, mais je l'ai, ce réconfort, je me le chuchote au creux de mes mains. Des gens sont en vie grâce à moi. C'est vrai. Il sont en vie parce que je les ai sauvés, parce que j'ai écouté la voix de mon âme, la chanson de mes os, les paroles de la terre.J'ai écouté mes entrailles, mon ventre, ma poitrine. Mon instinct.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...