vendredi 5 août 2011

Ange déchu

Nouvelle session des plumes de l'été chez Asphodèle. La récolte des mots a donné : élixir – estival – évanescent(e) – émeraude – évanoui(e) – étincelle -élégie – écrevisse – éléphant – excédé(e) – éventail – étreinte – eucalyptus.
J’ai décidé de continuer sur les vies de nuit  (avec un changement dans la narration).
Décliner des tranches de vies de personnes qui peuvent se croiser ou non au hasard de la nuit. Se croiser, observer, apercevoir, imaginer…
Rendez-vous demain pour lire tous le textes ! 
Anne tousse encore, les bronches encombrées depuis plus d’une semaine. Les yeux rivés sur le radio réveil, elle compte les minutes, cherche à capter cet instant évanescent où le chiffre change. Pour ne pas déranger son mari, elle se lève. La main devant la bouche pour étouffer le bruit sourd coincé dans sa gorge, elle va jusque dans la salle de bains. Elle ouvre le placard à pharmacie . Entre les pansements et les désinfectants, elle trouve un pot de pommade à base d’eucalyptus. Elle soulève le couvercle, enlève sa chemise de nuit et  applique par massage la pommade. Elle rejoint la chambre à coucher et se colle à son mari. Instinctivement, il l’encercle d’un bras. Cette simple étreinte lui procure du réconfort alors qu’elle tente d’étouffer discrètement une nouvelle quinte de toux. Les minutes s’égrènent mais Anne ne dort toujours pas. Elle pense à sa fille Virginie qui passe la nuit chez son amie.
Quelques rues plus loin, Quentin, seize ans  vient d’aller boire un verre avec d’autres amis dont Alex. Ils se connaissent depuis a peine six mois. Alex est nouveau au lycée. La période estivale qui approche leur laisse plus de temps. A la sortie du bar, ils prennent le même chemin.  Alors qu’un silence s’installe, Alex lui pose la main sur l’épaule. Tous deux s’arrêtent. "Ca te dirait de finir la soirée en beauté?" lui demande Alex. Quentin ne réagit pas ou ne comprend pas ce qu’il entend par là.  Un sourire fier au bord des lèvres,  des étincelles dans les yeux, Alex continue : "mes parents ne sont pas là ce soir. Ca te dirait un peu de poudre ? Et je t’assure que c’est pas une merde ou un truc à te faire voir des éléphants. Alors, tu es partant ?" Quentin a du mal à dissimuler sa surprise.  C’est la première fois qu’on lui fait cette proposition. Il a déjà fumé des joints mais il n’a jamais touché à ça.
A l’entrée d’une boîte de nuit, Virginie s’impatiente. Elle attend Alex depuis une demi-heure. Excédée, elle essaie à nouveau de le joindre sur son portable. Elle tombe à nouveau sur son répondeur. Ses SMS restent sans réponse. Pourtant, il lui avait promis d’être à l’heure. Ils sortent ensemble depuis trois mois et ce n’est pas la première fois qu’il lui fait faux bon au dernier moment. Elle a refusé l’invitation de sa meilleure amie pour accompagner Alex dans cette boîte branchée. Si il ne vient  pas, elle ne sait pas ce qu’elle va faire. Ses parents la croient chez son amie pour la nuit. Une femme vêtue d’une robe écrevisse la bouscule et s'écrie :  "Oh,  pardon, ma chérie". Sa voix rauque est pâteuse, chargée l’alcool. Elle tient à la main  un éventail dont elle sert pour cacher son visage. Seuls ses yeux verts émeraude dépassent du pan plissé.
Dina a trop bu. Plus que d’habitude. L’alcool est son élixir, un trompe-œil efficace. Elle doit se reprendre pour assurer son show. Le dernier de sa carrière. En passant devant le bar, elle a essuyé quelques remarques. Ce soir, elle les a vraiment entendus : "oh, tu as vu mais c’est un travesti". "Eh, regarde un peu le mec déguisé en gonzesse". A même pas trente-cinq ans,  sa vie est déjà sans lendemain.  Trop vieille pour ce métier où l’apparence et l’illusion ne font qu’une. Dina l’oiseau de nuit s’appelle  Mario sur ses papiers d’identité. Depuis toujours, Mario s’est senti  femme prisonnière d’un corps masculin.  La porte de sa loge s’ouvre : "c’est à toi dans dix minutes".
Si on continuait à suivre ces personnages jusqu’au petit matin, on en apprendrait davantage. L’état d’Anne va empirer. Son mari appeler un médecin. Quentin ira chez Alex en se disant  juste une fois , une seule. Virginie attendra encore et se mettra à pleurer. Elle finira par rentrer chez elle,  pensant ses parents endormis. Quand elle verra l’ambulance du SAMU garée dans la rue et la fenêtre du salon éclairée, elle criera de panique. Dans sa loge, Dina avalera une rasade  de whisky. Incapable de monter sur scène, elle sera insultée copieusement par son patron. Ange déchu à tout jamais.
Ou alors… Anne va enfin  réussir à trouver le sommeil. Au réveil sa toux se sera évanouie, envolée. Quentin refusera  la proposition d’Alex au risque de passer pour un ringard. Et, Alex rejoindra Virginie. Pour se faire pardonner de son retard, il l’invitera à passer la nuit chez lui. Dina cherchera dans la salle son prince charmant. Elle se l’invente chaque soir, un homme élégant qui lui murmurerait des élégies rien que pour elle. Elle terminera son spectacle le cœur serré et la tête remplie de rêves pour l'avenir.

15 commentaires:

Asphodèle a dit…

J'aime beaucoup tes mots Clara et tu le sais ! Cet univers de la nuit où des vies continuent, se brisent ou se recollent est toujours passionnant. Je ne m'en lasse pas ! ;)

Gwenaelle a dit…

Qu'est-ce que tu attends pour emmener tout ce petit monde dans un bus de "nouvelles"? Il y a de quoi faire! Allez, cocotte, au boulot! ;-) PS / j'aime bien les propositions de fin.. Une très bonne idée!

Amélie a dit…

Eh bien !!! Tu mets la barre haut cette semaine ! J'aime beaucoup les deux fins alternatives, et les personnages décrits en peu de mots, mais de manière diablement efficace, bravo !

claudialucia a dit…

J'aime les deux fins ouvertes, optimiste ou pessimiste.

J'ai participé pour la première fois au jeu d'Asphodèle mais c'est un petit texte très court, bien modeste!

Valentyne a dit…

La nuit tout peut arriver.et quand on y ajoute l'écriture les possibilités sont infinies.
Une très belle galerie de portraits auquelle on s'attache très vite,en quelques lignes a peine

Leiloona a dit…

Belles trouvailles que cette accélération du récit à la fin, et cette fin que le lecteur peut choisir ! ;)

Asphodèle a dit…

j'ai relu ton texte tellement je l'aime ! Et j'accorde ma voix à celle des autres pour t'encourager à nous faire un recueil de nouvelles, tu as le style pour cela ! ;)

Eiluned a dit…

Un texte à multiples voix pour de multiples vies... Quel talent ! En si peu de mots tisser un univers de possibles et des personnages qu'on a envie de suivre !

32 Octobre a dit…

j'aime beaucoup cette façon de nous faire passer de personnage en personnage... et les deux fins... riche idée... plus qu'à en faire un recueil de nouvelles et à continuer de nous réjouir par vos mots

Jean-Charles a dit…

Bien joli texte même si la fin optimiste me semble tellement irréelle. J'ai bien aimé ta galerie de personnages ^_^

Célestine a dit…

C'est beau une ville, la nuit, avec tous ces paumés qui suivent leur traces de vie dans la brume de l'alcool ou du désespoir. Une ambiance à la Chandler.J'aime.

Julia Heim a dit…

Une ambiance nette et prenante. En peu de mots des parcours des instants qu'on a envie de poursuivre... Très fort! :)

Stephie a dit…

J'aime la manière dont tu enchaînes les destins. J'aime beaucoup aussi les deux fins possibles

Syl. a dit…

Je m'amuse parfois à me raconter la vie des gens que je croise. Cela ne dure que quelques minutes.
Beau texte !

Elora a dit…

Bonjour,
En me promenant sur ton blog, j'ai remarqué que tu aimais écrire. J'aime beaucoup ce que tu fais. Je viens d'ouvrir un forum d'écriture et nous serions heureux de t'y accueillir pour partager avec toi cette passion : http://degaine-ta-plume.forumgratuit.fr

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...