mercredi 24 août 2011

Véronique Ovaldé - Des vies d'oiseaux

Éditeur : Editions de L'Olivier - Date de parution : Août 2011 - 236 pages aériennes.

Colombie, 1997. A leur retour de vacances, Augusta Izzare et son épouse Vida  constatent que des personnes se sont introduites dans leur somptueuse villa. Rien n’a été volé mais leur lit a été occupé.  Vida prévient la police et  le lieutenant Taïbo se retrouve avec plusieurs plaintes similaires les jours suivants.  Mais Vida ne lui a pas tout dit, elle ne lui pas parlé de leur fille Paloma majeure qui s’est enfuie.
Quand Vida a vu son lit défait, elle a su qu’il ne pouvait que s’agir de leur fille Paloma. Mais Augusto défend qu’on parle d’elle. Paloma qui s’est enfuie avec son amant  Adolfo originaire d’Irigoy, une région pauvre. Les deux amants squattent dans des maisons, les occupent pour une nuit ou deux. Vida elle aussi était d’originaire d’Irigoy mais maintenant elle est prisonnière de sa prison dorée. Une vie où l'argent ne manque pas et où son mari , médecin, a la reconnaissance de tous. Le lieutenant Taïbo lui offre son aide pour retrouver Paloma. Il est marqué à jamais par la douleur causée par le départ de sa femme. Une douleur non cicatrisée depuis dix ans, un poids qui l'emprisonne.
Tout le monde sait que j’aime les écritures concises, mais il y a des auteurs ou des livres  qui dérogent à cette préférence. Et, ce livre en fait partie ! Dans une écriture aérienne, Véronique Ovaldé nous transporte dans un monde en équilibre entre réalité et poésie. Avec précision  et langueur, ses personnages semblent s’effleurer sans jamais se toucher.  Des personnages qui pour atteindre la liberté doivent couper les fils qui les retiennent.
 Il s’agit d’un roman qui est tout simplement beau. Une parenthèse tissée dans une écriture unique dont j’ai aimé relire des passages rien que pour les savourer encore !
Les billets de Catherine, Cuné.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...