lundi 17 mai 2010

Gianrico Carofiglio - Le passé est une terre étrangère



Bari en Italie, Giorgo agée de 22 ans est étudiant en fac de droits. Il est proche de passer sa thèse et il est promis à un bel venir professionnel. Un soir, il rencontre par Francesco, homme habitué aux tripots et au poker. Giorgo va jouer une première fois… mais il v a y prendre goût et plaisir. Francesco va lui apprendre à manipuler les cartes et à repérer de bon « pigeons ». Giorgo, la tête étourdie par cet argent facile, délaisse ses études et se laisse entraîner par Francesco sur des routes beaucoup plus tortueuses.

J’ai trouvé ce livre inégal.

La première partie ou Giorgo découvre le poker est à mon goût trop détailler sur les règles du jeu et ne montre pas assez l’exaltation que le jeu procure au joueur. Passé cette première partie, le livre prend une autre dimension. Enfin, les ressentis de Giorgio sont bien mis en exergue et ses doutes. Pourquoi ne pas faire une pause côté études et prendre du bon temps au jeu ? Fasciné par le poker et admiratif envers Francesco, le choix est fait. En même temps, on suit un policier qui enquête sur une série de viols. Il faut attendre la troisième partie pour faire le lien entre les viols et le reste de l’histoire. Là, Giorgio n’est plus que l’ombre de lui-même. Désorienté et devenu accro au jeu, les dernières barrières morales sont abaissées par Franceso. J’ai trouvé que l’enchaînement jeu, trafic… était un peut tiré par les cheveux.

Mais, Giorgo va rejoindre le droit chemin, ouf ! Tout finit bien…

Une belle écriture mais une lecture dont je ne garderais pas un souvenir mémorable…

Ce livre fait partie de la sélection du prix des Lecteurs du Télégramme. Actuellement, j’en ai lu 7 sur les 10 titres proposé et votes sont programmée pour le 5 juin. Je ne pense pas avoir le temps d’en lire un autre d’ici là…


L'avis de Gwen qui m'a gentiment prêtée ce livre.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...