lundi 21 juin 2010

Maud Basan - La seule

Editeur : Denoël date de parution 18/08/2010- 224 pages

Quatrième de couverture :
Pourriez-vous arrêter svp, ce n'est pas la peine de l'appeler, fini c'est fini, bien vouloir noter, du large, de l'air, les sommations ont été données, pas reçues? au loin s'en vont les nuages, la voie est libre la porte ouverte le monde est vaste, allez-y voir, on vous l'a déjà dit c'est fini c'est décidé...

Perluète a tout perdu. Il est parti, l'a quittée. Elle est désormais seule. Elle marche, dans un paysage inconnu, totalement nouveau. Seule, ou unique?
Une écriture originale, sensible, pudique et drôle, pour évoquer la séparation, l'amour perdu.


Avertissement : inutile de me poster des commentaires en me disant que ce livre fait appel à l’intelligence ou que j'aille lire des Harlequins...

J’abandonne ce livre à la page 54. L’écriture originale indiquée sur la 4ème de couverture est en effet surprenante!

Un style hachuré, télégraphique qui m’a d'abord surprise. Passé ce premier effet (comme dans certains bonbons), cette écriture m'a laissée perplexe et m'a enlevée toute envie d'en savoir plus sur Perluète.

Des phrases sans sujet, des paragraphes s’ouvrant sur des tirades entre parenthèses… Je n’accroche pas et j'abandonne !


« Marcher sans fin, cela fatigue, pour finir. Finit par entrer dans un café, s’installe sur la banquette, commande quoi, un café par exemple, récupère un peu, repose ses jambes, s’éternise. Au premier contrôle ira se cacher dans les toilettes, refuge classique, depuis des générations (…)"

14 commentaires:

keisha a dit…

Ecoute, c'est bien de se lancer dans des expériences de lectrice, tu as l'esprit ouvert. Mais pas de chance quand même! Je souhaite que tu aies une lecture coup de coeur bientôt!

Clara a dit…

@ Keisha : l'idée était de découvrir d'autres lectures, d'autres horizons..l'alchimie ne s'est pas produite, tant pis!

Canel a dit…

La lecture doit rester un plaisir. Comme toi, j'abandonne si ça devient vraiment trop désagréable. Les auteurs n'ont pas à en prendre ombrage, tous les goûts ont le droit de s'exprimer ! et on n'a pas à "subir" un livre, de même que je m'autorise à sortir du ciné si un film m'est pénible, ennuyeux, etc.
Vu les extraits, il me semble que j'aurais rapidement fait comme toi... mais bon... ;-)

Gwenaelle a dit…

Souvent, ce genre de mise en scène syntaxique cache une histoire un peu creuse... n'en déplaise aux gens très intelligents qui fréquentent ce salon...;-)

Clara a dit…

@ Canel : "La lecture doit rester un plaisir" : oui et on a le droit de ne pas aimer ou d'abandonner...

@ Gwen : eh oui, ce blog devient un lieu où la "sphère" intellectuelle vient s'exprimer avec tact et courtoisie !

94sophie947708 a dit…

Moi aussi quand je n'accroche par le style, l'histoire, j'arrête la lecture. C'est le propre du lecteur, non ? et les auteurs ne doivent pas en prendre ombrage, c'est le jeu.

liliba a dit…

ouh là là, pas un livre pour moi, ça !!!


Ah, j'ai vu que tu lisais Jour de colère, un des plus beaux SYlvie Germain...

Clara a dit…

@ Sophie : un droit qui froisse certaines susceptibilités..

@ Liliba : "jours de colère " est beau, dense. Une écriture riche en sensations portée par un style à couper le souffle !

Kathel a dit…

Eh bien, ce n'est pas ce livre qui me fera revenir vers la littérature française contemporaine... où on peut trouver de belles choses, mais très rarement à mon goût !

Clara a dit…

@ Kathel : j'ai testé... je laisse tomber !

Cynthia a dit…

Je viens de réaliser qu'il s'agit du livre que j'ai demandé sur Ulike...
Billet le 26 août, suspense ;)

Clara a dit…

@ Cynthia : suspense!!!!!
je m'étais inscrite chez Ulike mais je n'ai rien reçu...

Schlabaya a dit…

Ah, mais ça ne va pas du tout, Canel ! Tu ne vois pas que ce remarquable roman fait appel à l'in-tel-lect, meeerde ! A quoi ça sert que l'auteur il se décarcasse ? Grrr, tu ferais mieux de lire des Harlequin, tiens.

Clara a dit…

@ Schlabaya : je ne lis pas des Harlequins... j'écrit des Harquelinades!