samedi 26 juin 2010

Roxana Robinson - Jours toxiques


Editeur : Buchet-Chastel - Date de parution : 02/09/2010 - 582 page très longues...

Julia accueille un été ses parents dans sa maison du Maine. Son père ancien neurochirurgien est imbu de sa personne, pédant, et désagréable, sa mère très gentille commence à montrer des signes d’Alzheimer. Divorcée, Julia s’entend on ne peut mieux avec son ex-mari. Elle apprend par la bouche de son fils ainé Steven que son fils cadet Jack se drogue. Les soupçons sont confirmés et Julia demande à son ex-mari et à Steven de ramener Jack dans le Maine. Tout s’écroule pour Julia quand elle apprend que son fils se drogue à l’héroïne. Elle s’oriente vers Ralp spécialiste de la désintoxication qui suggère une médiation. Elle va mobiliser toute sa famille et même sa sœur avec qui elle ne s’entend guère.

Les non dits, les blessures d’avant vont ressortir mais n’empêcheront pas Jack de continuer à se droguer. La honte, les regrets et la culpabilité seront au centre de l’été de cette famille de la bourgeoisie américaine.

Dans les envois Libfly de la rentrée littéraire, j’ai reçu ce livre concocté d’après une recette précise…

Prenez une histoire qui puisse être adaptée pour faire un film de télé. Délayez au maximum, délayez de tout cœur, rajouter de l’inutile, des longueurs pour obtenir enfin un livre de pratiquement 600 pages.

Certes, ça se lit facilement mais les personnages sont surfaits, l’histoire semble fausse. Les clichés se suivent et défilent au fil des pages.

Aussi, ce roman polyphonique m’a laissée complètement indifférente….

15 commentaires:

keisha a dit…

Bon, tu testes pour nous les nouveautés, on gagne du temps!!! ^_^

Clara a dit…

@ Keisha : eh oui, merci à bibi ! Et , il m'en reste encore à lire...

Manu a dit…

Dommage, ça semblait intéressant. Le genre de romans américains que j'aime.

L'Ogresse a dit…

Oh, mais de la chicklit !

Pickwick a dit…

Surfait, faux... je passe ! Merci pour ce bon conseil, l'histoire aurait pu me tenter !

Alex-Mot-à-Mots a dit…

Voilà au moins un avis tranché. Du coup, je passe cette lecture.

Clara a dit…

@ Manu : zou, direction la Belgique pour ce livre !

@l'Ogresse : oui !

@ Pickwick : je n'ai rien ressenti ... aucune emotion ! nada !

@ Alex-mots-à-mots : il m'était difficile d'avoir un avis mitigé alors que ça sonnait faux.

zorane a dit…

Les thèmes ne m'attirent pas du tout , je passe aussi

Liyah a dit…

La couverture est jolie mais je passerai mon chemin !

Véro a dit…

Un de moins à lire ! ^_^

Clara a dit…

@ Zorane : tu peux passer...

@ Liyah : tu as raison...

@ Véro : eh oui...

Cécile a dit…

Comme dit mon ado : "çà, c'est dit...."
Ma PAL, elle, pour une fois, te dit "Merci !" :))))

Clara a dit…

@ Cécile : j'overdose de ce type de roman!

Anonyme a dit…

Je ne suis pas du tout d'accord, j'en suis à la moitié, c'est un livre puissant, bouleversant, qui effleure tous les thèmes liés à la famille, à la vieillesse, aux non-dit, à la beauté de la nature. Quant au thème central : l'addiction, il résonne en moi car un de mes proches a été héroïnomane. Mais le cataclysme familial est-il vraiment différent avec l'alcoolisme ? Pour finir, qualifier ce roman de chick lit c'est stupide. Les profs de littérature ont le talent pour écrire autre chose. Moi, je conseille vivement sa lecture. Anne-Françoise - St-Nazaire

Clara a dit…

@ Anonyme ( Anne Sophie) : je n'ai pas qualifié ce roman de chick lit. Je n'ai pas été touchée malgré le thème difficile. Je n'ai pas accroché à l'écriture et j'ai trouvé ce livre trop délayé. C'est mon avis, mes ressentis...
Vous avez tout à fait le droit d'aimer ce livre.